18 octobre 2012
Secteur sud
Voie de contournement sur la planche à dessin
Par: Le Courrier
Le conseiller Bernard Barré

Le conseiller Bernard Barré

Un autre grand projet d’infrastructure a commencé à germer au conseil municipal de Saint-Hyacinthe : c’est celui de la voie de contournement du secteur sud, qui un jour peut-être reliera les routes 235, 137 et 116 à l’autoroute 20, d’ouest en est.

Publicité
Activer le son

Ce projet est directement lié au problème de la circulation lourde le long de la rue des Seigneurs Est et aux plaintes des résidants du secteur Sainte-Rosalie, lesquels ont déposé une pétition de 281 signatures le 1 er octobre pour demander aux élus d’agir dans le dossier.

« J’ai eu l’occasion de présenter bien des projets au conseil municipal, mais j’ai été rarement aussi excité que ce soir pour la voie de contournement du sud », a lancé le conseiller du district La Providence, Bernard Barré, en présentant un projet de résolution comportant pas moins de 11 « considérant » en guise de préambule. M. Barré a lu les onze paragraphes avec passion, à la manière d’un comédien. « Ce serait insulter la moitié de la ville que de voter contre cette résolution-là », a-t-il déclaré avec fermeté, au terme de sa prestation. « M. Barré, vous êtes en forme ce soir !», lui a lancé le maire, Claude Bernier, en lui jetant un regard impressionné. « J’ai mes raisons », a-t-il laissé tomber.Mais la conseillère du district Saint-Sacrement, Brigitte Sansoucy, a quelque peu tempéré l’enthousiasme de son collègue Barré en se levant peu après pour annoncer qu’elle allait s’opposer à la résolution. Il s’agissait pour le conseil de demander au député de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée nationale, Émilien Pelletier, de parrainer le dossier de la voie de contournement sud auprès du ministère des Transports.« J’ai regardé le problème dans son ensemble et je vais voter contre la proposition. Essentiellement, l’enjeu principal de cette solution-là en est un de dézonage agricole. On est la technopole de l’agroalimentaire et on se doit d’être très vigilant sur comment on va dézoner. La solution, je ne l’appuie pas », a déclaré Mme Sansoucy, qui a été la seule à voter contre la proposition Barré.Mais du côté des « pour », au moins un conseiller a voté sans grande conviction et c’est celui du district Bois-Joli, Alain Leclerc. Se décrivant comme un homme pragmatique, il a expliqué qu’il ne voulait pas que le conseil « laisse planer l’illusion » que la voie de contournement pouvait se concrétiser dans un avenir prévisible. « J’ai 52 ans, et je pense que je vais être mort avant que cette voie-là soit faite », a-t-il prédit, en songeant lui aussi aux terres agricoles.Pour son homologue du district Sainte-Rosalie, c’est précisément en raison des problèmes qu’engendrera inévitablement un tracé en zone verte que la Ville doit agir vite. « Il faut lancer le dossier immédiatement », a-t-il soutenu.Toujours dans le dossier de la rue des Seigneurs Est (la route 224), le conseil municipal a adopté lundi une deuxième résolution, cette fois pour demander au ministère des Transports d’inscrire dans son plan d’intervention 2013-2014 le resurfaçage du tronçon de la route 224 compris entre l’avenue des Érables-argentés et le boulevard Laurier Est, notamment parce que la chaussée abimée amplifie le bruit occasionné par le passage des camions. La Ville demande aussi au Ministère de prêter une attention spéciale à l’état de la chaussée entre la voie ferrée du CN et l’impasse du Boisé, ce segment de la route présentant des signes de faiblesse.

image