2 août 2018
Surplus de pain
Weston ferme ses magasins économiques
Par: Martin Bourassa
Le surplus de pain Gadoua de la rue Sainte-Anne à Saint-Hyacinthe a définitivement fermé ses portes au cours des derniers jours. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le surplus de pain Gadoua de la rue Sainte-Anne à Saint-Hyacinthe a définitivement fermé ses portes au cours des derniers jours. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les Maskoutains qui avaient pris l’habitude d’acheter du pain à rabais au surplus de pain Gadoua de la rue Sainte-Anne de Saint-Hyacinthe devront changer leurs habitudes. Le commerce a fermé ses portes au cours des derniers jours, même si rien sur place ne laisse présager cette fin abrupte et irrévocable.

« C’est une fermeture définitive, a confirmé une porte-parole du boulanger torontois, jointe hier matin au siège social de Weston Foods. Tous nos magasins de ce genre à travers le Québec et le Canada ont été fermés à la mi-juillet. C’est une décision d’affaires. »

Le nombre exact de commerces et de centres de liquidation concernés n’a pas été communiqué par l’entreprise, même si d’autres médias ont constaté la chose sur une base isolée. Radio-Canada rapportait d’ailleurs ces derniers jours la fermeture surprise du centre de liquidation de Weston Foods à Gatineau.

« En tant que boulangers, le commerce de détail n’est pas notre activité principale », motivait alors Sunell Khanna, porte-parole de l’entreprise, tout en invitant les consommateurs à s’approvisionner dans les supermarchés environnants où des produits à prix réduits sont souvent disponibles.

À Saint-Hyacinthe, la vente au détail de produits de boulangerie par l’intermédiaire d’un magasin économique ne date pas d’hier. C’est d’ailleurs en 1991 que Boulangerie Gadoua a fait l’acquisition des actifs de la Boulangerie de Saint-Hyacinthe dans un processus d’expansion. C’était bien avant que Gadoua ne soit à son tour avalée par Weston Foods à l’été 2004.

Outre l’impact direct pour les consommateurs qui pouvaient y acheter du pain à bon prix(trois pains pour environ 5,50 $ ou 1,25 $ pour des pains un peu moins frais), la fermeture du magasin maskoutain affecte aussi La Moisson maskoutaine, responsable de la cueillette et de la distribution des surplus de denrées alimentaires sur le territoire de la ville de Saint-Hyacinthe.

L’organisme voit ainsi disparaître un précieux partenaire du Grand Partage, sa grande collecte de denrées alimentaires du temps des Fêtes. « Nous sommes déjà en mode solution, mais elles ne sont pas évidentes pour nous, pas plus que pour la clientèle qui fréquentait le local de la rue Sainte-Anne. Ce genre de commerce avec ses pains à prix très abordables avait son utilité. On ne retrouve pas nécessairement d’équivalence en épiceries », a commenté Alexandra Gibeault, chargée de projet à la Moisson maskoutaine et rattachée à l’activité Grand Partage.

image