20 février 2020
Forum
Y a-t-il un procureur dans la salle?
Par: Le Courrier

Tout comme moi, vous avez certainement entendu l’histoire d’Anthony Seyer, ce jeune qui a été défiguré au bar Le Shaker, en voulant protéger sa sœur victime d’attouchement sexuel de la part d’un homme. Et tout comme moi, considérant l’ampleur des dommages physiques et moraux infligés au jeune Seyer, vous étiez certainement convaincus que son assaillant allait subir un procès pour le geste qu’il a posé. Eh bien, détrompez-vous : la procureure en charge du dossier ne portera finalement aucune accusation contre l’agresseur.

Publicité
Activer le son

Plusieurs personnes ont été consternées par cette décision, et avec raison. (…)

Selon le jeune Seyer, la procureure lui aurait dit avoir abandonné le dossier faute de preuves contre le présumé assaillant. Pourtant, l’événement a été capté par les caméras de surveillance de l’établissement. Dois-je rappeler à la procureure qu’en matière criminelle, la vidéosurveillance dans un lieu public constitue une preuve matérielle admissible devant les tribunaux? Selon Seyer, l’agresseur était clairement identifiable sur la vidéo de surveillance qu’on lui a fait visionner. (…) Selon Seyer, la procureure lui aurait aussi dit avoir laissé tomber les accusations en raison des arguments permettant de faire acquitter l’agresseur. Mais quels argument auraient pu justifier de défigurer le jeune Seyer? (…) Heureusement, le jeune Seyer a décidé d’intenter une poursuite au civil contre son assaillant pour les préjudices physiques et moraux causés par son agression, en plus de porter sa cause au procureur en chef. (…) Enfin, quelle que soit l’issue de la cause du jeune Seyer, je joins ma voix à celles de ses supporters pour lui souhaiter bon courage.

Jonathan Deragon

image