22 juin 2017
Entraîneur-chef des Lauréats et coordonnateur du Drakkar
Yan Genest quitte Saint-Hyacinthe pour joindre le Vert et Or
Par: Maxime Prévost Durand
Yan Genest retrouvera son bon ami Mathieu Lecompte, entraîneur-chef du Vert et Or, avec qui il avait joué lors de son passage comme athlète à l’Université de Sherbrooke.  Photo Facebook

Yan Genest retrouvera son bon ami Mathieu Lecompte, entraîneur-chef du Vert et Or, avec qui il avait joué lors de son passage comme athlète à l’Université de Sherbrooke. Photo Facebook

Les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe et le Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme devront se trouver un nouveau pilote. Yan Genest, qui assurait le poste d’entraîneur-chef avec la formation collégiale, en plus de celui de coordonnateur du programme de football à la PHD et d’entraîneur-chef de l’équipe juvénile du Drakkar, a accepté récemment une proposition du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke afin de devenir adjoint à l’entraîneur-chef.

Publicité
Activer le son

Genest avait lui-même défendu les couleurs du Vert et Or en tant que joueur de 2005 à 2010. Il y avait alors rencontré celui qui est actuellement l’entraîneur-chef du club sherbrookois, Mathieu Lecompte. « C’est un bon ami avec qui j’avais joué. C’était un fit naturel de me joindre au Vert et Or. Je n’aurais pas fait le move avec n’importe quelle équipe », a soutenu le principal intéressé dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Le poste d’adjoint à l’entraîneur-chef venait tout juste de se libérer avec le départ de Jean-Philippe Gauthier à titre d’entraîneur-chef avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. « Tout s’est fait très vite et ça a été un choix déchirant, a indiqué Genest. Le programme à la PHD, c’est mon bébé. Je suis parti de zéro. Je sais que je laisse quelque chose de bien et je veux qu’il se retrouve entre bonnes mains. » Il a d’ailleurs assuré qu’il travaillerait avec la personne qui prendra les rênes du programme de football scolaire afin de faciliter la transition.

L’an dernier, l’entraîneur de 32 ans avait causé la surprise en menant les Lauréats jusqu’à la demi-finale du championnat provincial collégial de division 3. « Je suis convaincu que le cégep aura encore une meilleure équipe cette année d’après ce que j’ai vu lors du camp de printemps. C’est le côté que je trouve triste, je me disais que cette fois serait la bonne pour aller jusqu’en finale. Je suis convaincu qu’ils y arriveront », laisse-t-il tomber au bout du fil.

Saint-Hyacinthe, ville de foot

Ce que Yan Genest retiendra particulièrement de son passage à Saint-Hyacinthe, c’est la croissance importante de la culture du football dans la région maskoutaine en seulement quelques années.

« Quand je suis arrivé, il y avait seulement l’école secondaire Saint-Joseph qui offrait un programme de football », se souvient-il. En 2012, les deux premières équipes du Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe voyaient le jour grâce à Genest, puis le Cégep de Saint-Hyacinthe dévoilait à son tour une formation en 2014, équipe à laquelle il s’est aussi joint en 2016. « De plus en plus, Saint-Hyacinthe devient une ville de foot. Les équipes la représentent bien et elles performent bien », poursuit-il.

Dans ses nouvelles fonctions, Genest a indiqué qu’il allait s’assurer d’établir un lien privilégié entre les finissants du Cégep de Saint-Hyacinthe et le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke. Il croit d’ailleurs que l’on risque de voir de plus en plus de joueurs des Lauréats se joindre aux rangs universitaires d’ici les deux ou trois prochaines années.

image