4 juillet 2013
Beaux Mardis de Casimir
Yann Perreau sous les étoiles
Par: Le Courrier

Depuis la sortie de son nouvel album À genoux dans le désir, ce sera la première fois que Yann Perreau mettra les pieds à Saint-Hyacinthe. Il sera en spectacle, mardi, dans le cadre des Beaux Mardis de Casimir, pour présenter un spectacle conçu selon une toute nouvelle formule.

D’abord monté pour être présenté en salle, le spectacle À genoux dans le désir propose Yann Perreau en trio avec la choriste et multi-instrumentiste maskoutaine Sarah Bourdon, ainsi que le guitariste Jean-Alexandre Beaudoin. À Saint-Hyacinthe, ce sera la troisième fois que le concert sera présenté en plein air.

« Ce n’est pas un spectacle que nous devions faire à l’extérieur, mais nous venons tout juste de le présenter pour la première fois au parc des Ateliers, à Chambly, et nous sommes vraiment satisfaits du résultat », se réjouit Yann Perreau.En plus de revisiter des chansons de ses anciens albums, l’auteur-compositeur-interprète présentera son 4 e album, composé à partir de textes inédits de Claude Péloquin. Un projet inattendu qui a pris la forme d’un hommage au poète québécois. « Ce sont des textes qu’il gardait pour des chansons et l’opportunité ne s’est jamais présentée. Pour ma part, j’ai toujours été attiré par ce personnage marginal que ce soit pour sa chanson Lindberg, chantée par [Robert] Charlebois, ou pour la phrase « Vous n’êtes pas écoeurés de mourrir, bande de caves? C’est assez! » qu’il a écrite sur le Grand Théâtre de Québec. Sa rencontre est pour moi un bel imprévu et je me suis laissé aller là-dedans », explique le chanteur.C’est Claude Péloquin lui-même qui est venu le rencontrer alors que les deux artistes étaient invités pour une même occasion. Depuis, une amitié s’est développée et Yann Perreau a retravaillé les textes avec une pleine liberté. « Claude ne s’est pas fait beaucoup d’amis dans le monde de la musique et c’était important pour moi de le présenter à ma génération, mais aussi de le faire redécouvrir à un public plus large. Ce n’est pas quelque chose de marketing. C’est un projet fait avec le coeur », dit-il.Passant de sonorités électroniques à d’autres plus classiques, Yann Perreau a travaillé avec son instinct pour faire ressortir la personnalité du poète. Sur dix titres, neuf sont enregistrés avec des voix féminines de chanteuses, telles qu’Ariane Moffatt, Marie-Pierre Arthur et Catherine Major pour appuyer la douceur de cette poésie. « Claude a toujours été perçu comme un macho. Je voulais donc ajouter un peu de féminin dans toute cette poésie-là », précise-t-il.

image