27 mai 2021
À leur première participation au Championnat du monde junior d’haltérophilie
Youri Simard et Shad Darsigny sortent leurs grosses barres
Par: Maxime Prévost Durand

Youri Simard et Matt Darsigny ont livré leur meilleure performance en carrière à leur premier Championnat du monde junior, même s’il y a plus d’un an qu’ils n’avaient pas compétitionné. Sur la photo, on les voit en compagnie de l’entraîneur Yvan Darsigny. Photo gracieuseté

Première compétition en présentiel en plus d’un an. Première participation au Championnat du monde junior d’haltérophilie. Records personnels. Voilà qui résume les derniers jours du Maskoutain Youri Simard et du Simonais Shad Darsigny, qui se sont rendus en Ouzbékistan pour vivre ce rendez-vous.

Publicité
Activer le son

Malgré un voyage de plus de 21 heures quelques jours avant la compétition, les deux membres du club d’haltérophilie La Machine Rouge n’ont rien laissé paraître de leur fatigue et ont chacun livré leur meilleure performance en carrière.

Youri, 20 ans, a terminé au 6e rang parmi 18 compétiteurs dans la catégorie des 61 kg grâce à un total de 250 kg réalisé lundi. Il a réussi chacun de ses six essais, soulevant 110 kg à l’arraché et 140 kg à l’épaulé-jeté, ce qui lui a permis de mener le groupe B et de se faufiler devant des athlètes du groupe A au classement final. En action mercredi, Shad, 18 ans, a quant à lui pris le 10e rang de la classe des 73 kg avec une performance de 291 kg. Avec quatre essais réussis, il a soulevé 131 kg à l’arraché et 160 kg à l’épaulé-jeté.

« Je suis assez fier du résultat de ma compétition. J’ai surtout vu l’écart qu’il y avait entre moi et les meilleurs au monde et cela m’a permis de revoir mes objectifs [pour la suite]. C’est probablement ce que je retiens le plus de cette compétition », a soutenu Shad dans un échange avec LE COURRIER quelques heures après sa compétition.

Il devait participer à son premier Championnat du monde junior l’an dernier, mais le début de la pandémie avait forcé l’annulation de ce rendez-vous international. Heureusement, il ne s’est pas fait jouer le tour deux fois.

« Ç’a été une expérience enrichissante. C’était mes premiers pas dans le monde des compétitions internationales, donc j’étais très excité. Je n’étais pas très stressé pour cette compétition même si elle était plus grosse [que celles auxquelles j’ai participé jusqu’ici]. Cela fait tout de même 12 ans que je fais de l’haltérophilie, donc j’étais assez confiant en ma capacité à bien performer même si l’envergure était différente. »

De son côté, Youri n’aurait pas pu demander mieux à sa première présence au Championnat du monde.

« J’étais vraiment satisfait de cette performance puisque je la visualisais depuis longtemps, a-t-il commenté. J’avais réalisé un épaulé-jeté de 140 kg en entraînement la journée juste avant le premier confinement, donc depuis plus d’un an, je souhaitais faire cette barre en compétition. De plus, mon total me permet de me qualifier pour être sur l’élite. »

Malgré l’importance du rendez-vous, il est resté en contrôle tout au long de sa performance. « Je suis très content d’avoir pu battre mes records à cette compétition puisqu’il arrive souvent que le stress prenne le dessus lors d’une première compétition de cette envergure, a-t-il souligné. Pour certaines personnes, le stress peut être un obstacle lors d’une compétition, mais dans mon cas, il me permet de réaliser de meilleures performances. »

image