14 mars 2019
Yves Duteil, quarante ans plus tard
Par: Maxime Prévost Durand

Fort d’un nouvel album intitulé Respect, Yves Duteil s’arrêtera à Saint-Hyacinthe le 17 mars dans le cadre de sa première tournée québécoise en près de quatre ans. Photo Eric Vernazobres

Il y a bientôt quatre ans qu’Yves Duteil n’avait pas fait de tournée au Québec. Avec la sortie d’un nouvel album intitulé Respect l’an dernier, l’occasion était belle de refaire l’expérience, avec de nouvelles chansons à présenter à son public. Parmi celles-ci, « Quarante ans plus tard » donne son nom à la série de spectacles que le légendaire chanteur français s’apprête à faire, et dont un arrêt est prévu à Saint-Hyacinthe le 17 mars.

publicité

Mais pourquoi Quarante ans plus tard? « Il y a deux raisons pour lesquelles j’ai choisi ce titre pour mon spectacle, raconte l’auteur de “Prendre un enfant” dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER, alors qu’il se trouvait dans sa France natale. Dans un premier temps, c’est un peu l’état des lieux [concernant ma carrière], où je dis, voilà, ça fait des décennies que l’on se suit, qu’est-ce que ça donne 40 ans plus tard? J’ai toujours cette envie de partager avec les gens et d’écrire des chansons. C’est incroyable, je suis encore là, toujours aussi passionné, et le public est encore au rendez-vous. Puis, c’est aussi le titre d’une chanson d’amour que j’ai écrite pour mon épouse Noëlle qui se retrouve sur mon dernier album. »

Au fil de sa carrière, Yves Duteil n’a d’ailleurs jamais hésité à chanter son amour pour sa femme. Dans son répertoire, il compte tout près d’une quarantaine de chansons qu’il a composées pour sa douce. « Je constate que ce n’est pas facile de nos jours de dire des mots d’amour à son épouse, affirme-t-il au bout du fil. Les histoires qui durent, il y en a, mais on n’en parle pas beaucoup. C’est ma façon à moi de le chanter. »

Bien entendu, plusieurs autres sujets ont inspiré l’auteur-compositeur-interprète depuis qu’il a fait ses premiers pas dans le monde de la musique, dans les années 70. Même après toutes ces années, l’esprit créatif d’Yves Duteil ne s’éteint pas, au contraire, comme en témoigne son plus récent disque, Respect.

« C’est important pour moi de continuer comme créateur et non pas d’être juste un visiteur du soir de mon passé, lance-t-il. Mon métier n’est pas juste de faire de la scène, c’est d’écrire aussi, que ce soit des livres ou des chansons. Je trouve ça important de continuer d’évoluer alors qu’une nouvelle vague d’artistes arrive. »

Il fera d’ailleurs un tour d’horizon de sa carrière, en plus de présenter ses nouvelles chansons, dans le cadre ce spectacle qu’il viendra présenter pour cette tournée québécoise.

Lorsqu’on lui demande quelle chanson de son répertoire il se plaît particulièrement à jouer encore et toujours sur scène, il réfléchit. « Ce serait facile de vous en citer parmi mes chansons les plus connues, comme “Apprendre”, “Pour les enfants du monde entier” ou bien entendu “Prendre un enfant”. Ce sont des chansons avec des images et qui sont encore d’actualité, dit-il. Mais “Virages” a une place spéciale. C’est la toute première chanson que j’ai lancée en 1972. Même si ça fait 47 ans que je la joue, je trouve encore une nouvelle formule pour la chanter. Je le fais tout en respectant la chanson, précise-t-il, le but n’est pas de la jeunifier, mais j’arrive à changer un peu l’intro pour que le public ne sache pas tout de suite de quelle chanson il s’agit. Si on veut le surprendre, on doit se surprendre soi-même avant. » Que ce soit guitare à la main ou derrière le piano, Yves Duteil sera accompagné de trois musiciens sur la scène dans une formule « acoustique, épurée, mais aussi très musicale », indique-t-il. Son spectacle en sol maskoutain sera présenté le dimanche 17 mars, en soirée, à la salle Desjardins du Centre des arts Juliette-Lassonde.

image