20 juillet 2017
Tunnel Casavant 
Au moins 8 M$ en subventions
Par: Benoît Lapierre
Au moins 8 M$ en subventions

Au moins 8 M$ en subventions

Saint-Hyacinthe pourrait n’obtenir que 8 M$ en subventions pour son tunnel Casavant, ce qui lui laisserait une facture de 24 M$.

Saint-Hyacinthe pourrait n’obtenir que 8 M$ en subventions pour son tunnel Casavant, ce qui lui laisserait une facture de 24 M$.

La Ville de Saint-Hyacinthe pourrait devoir se satisfaire d’un apport de 8 M$ en subventions dans le cadre du projet du tunnel ferroviaire du boulevard Casavant Ouest, dont le coût est maintenant estimé à 32 M$ par le maître d’œuvre, le Canadien National (CN).

Selon ce que LE COURRIER a appris de sources bien informées, tel pourrait être le montant total de la participation des deux gouvernements- 4 M$ chacun – pour ce projet que la Ville a inscrit tardivement au programme Fonds chantiers Canada – Québec, volet des petites collectivités.

Voilà qui laisserait à la Ville un solde à payer de 24 M$, ce qui est très éloigné de la règle habituelle de partage en trois parts égales qui est inhérente aux programmes fédéraux destinés aux municipalités, avec participation des provinces. 

Toutefois, au bureau de la députée de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée nationale, Chantal Soucy, on affirme que les discussions entre les partenaires dans ce dossier ne sont pas terminées. « On ne connaît pas encore le montant final. Le projet est toujours analysé au ministère des Transports et on devrait avoir une réponse d’ici quelques semaines. On ne veut pas trop s’avancer, mais le dossier va bon train », a indiqué Virginie Brault-Lafleur, responsable des Communications de Chantal Soucy à l’Assemblée nationale.

Voilà qui laisse supposer qu’un apport de 8 M$ serait la participation minimale des deux gouvernements au projet du tunnel, lequel a cessé de progresser après les élections municipales de 2013. Ne pouvant concevoir que la Ville assume seule une facture de plus de 28 M$ pour compléter le boulevard Casavant Ouest, Claude Corbeil s’était mis à la recherche de subventions au lendemain de son arrivée à la mairie.

Les attentes du conseil

LE COURRIER n’a pu joindre M. Corbeil cette semaine, mais David Bousquet, un conseiller qui suit le dossier de très près depuis bientôt huit ans, a apporté son éclairage sur la question des subventions. « Si on obtient 8 M$ comme vous le dites, ça répondrait aux attentes du conseil, parce que c’est nous qui avions sorti ce chiffre-là. On avait entendu dire que c’était le minimum, et on trouvait ça plus réaliste qu’une participation à un tiers, un tiers, un tiers. Si l’information que vous avez est la bonne, c’est une excellente nouvelle. Ça va enfin nous permettre de désenclaver tout l’ouest de la ville et de dynamiser le secteur industriel », a-t-il commenté.

Pour sa part, la députée de Saint-Hyacinthe-Bagot à la Chambre des communes, Brigitte Sansoucy, a laissé entendre que du côté fédéral, elle n’était pas dans le secret des dieux. « Depuis plusieurs mois, à chaque fois qu’il y a une annonce (du fédéral), on ne me met pas au courant. Et la dernière fois que j’ai parlé à Chantal Soucy et à Claude Corbeil, c’était à la Fête nationale. Mais si c’est venu à vos oreilles (une aide possible de 8 M$), c’est qu’il y a quelque chose qui a bougé, il n’y a pas de fumée sans feu. Mais 8 M$, je ne trouverais pas que c’est assez. En bas d’un support aux deux tiers, ce n’est pas assez. Mais je ne baisse pas les bras : si c’est confirmé, j’irai explorer d’autres avenues du côté fédéral. On parle quand même d’une traverse du CN et d’un projet qui peut se décliner en plusieurs volets, dont l’aspect environnemental avec le détournement du ruisseau Plein Champ », a confié la députée Sansoucy.

image