26 octobre 2017
Beauregard ajuste ses positions
Par: Rémi Léonard
André Beauregard se mesurera à Simon Drapeau le 5 novembre dans Douville.   Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

André Beauregard se mesurera à Simon Drapeau le 5 novembre dans Douville. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le conseiller sortant du district Douville, André Beauregard, ne manque pas d’idées à apporter à la table du prochain conseil municipal, à laquelle il espère se retrouver pour un 3e mandat.

Parmi ses priorités, il veut miser sur la réfection du boulevard Laurier Ouest, qui a grand besoin d’amour, avance-t-il. Plus audacieux encore, il entend pousser pour la construction d’un deuxième pont à Douville, qui prolongerait le boulevard Casavant Ouest jusqu’à la rue Saint-Pierre Ouest, de l’autre côté de la rivière. Un projet qui n’est pas encore dans les plans de la municipalité, du moins pas dans son dernier plan triennal d’immobilisations (2017-2019). André Beauregard pense toutefois qu’un pont deviendra nécessaire à long terme pour desservir le nouveau développement résidentiel en devenir près de l’ancien club de golf La Providence, qui se retrouve maintenant dans le district Douville avec le redécoupage de la carte électorale.
Projet plus tangible, le prolongement du boulevard Casavant Ouest, qui va « relier Douville au nord de la ville », se réjouit le conseiller, retiendra également son attention au cours du prochain mandat. L’élu sortant allonge également une longue liste de « souhaits » qu’il espère se voir se réaliser – pas des promesses, met-il tout de suite au clair – dont la bonification du service de transport en commun, la réduction de la vitesse autorisée de 50 à 40 km/h dans les zones résidentielles, la construction d’un complexe de pétanque intérieure, l’aménagement d’un nouveau terrain de baseball senior digne de ce nom et la bonification du réseau cyclable, pour ne citer que ceux-là.
En parallèle, André Beauregard prend ses distances sur certaines orientations du conseil sortant, au premier chef sur le projet de Réseau Sélection. Il considère en effet « qu’il ne fait pas l’unanimité dans la population » et même s’il croit encore en « ce beau projet d’investissement au centre-ville », il reconnaît que l’endroit et la hauteur sont remis en question par beaucoup de citoyens.
« Le nouveau conseil va devoir se rasseoir et regarder ça », livre-t-il, sans aller jusqu’à vouloir annuler le projet. Il se dit également en faveur de l’abolition de la taxe compensatoire imposée aux organismes communautaires et en faveur de la publication des avis publics à la fois dans les journaux et sur le web. Pour ce qui est des horodateurs, il plaide pour le retrait de ceux installés sur l’avenue Sainte-Anne et la rue Dessaulles, peu utilisés de toute façon, avance-t-il. 

image