14 février 2019
16e édition du Festival de musique traditionnelle Chantez-vous bien chez nous
Ça va veiller trad à Saint-Bernard!
Par: Maxime Prévost Durand

Le groupe La Vesse du Loup en sera à son premier passage au Festival de musique traditionnelle de Saint-Bernard-de-Michaudville. Photo gracieuseté

Saint-Bernard-de-Michaudville vibrera une fois de plus à l’unisson de la musique traditionnelle les 23 et 24 février, alors que se tiendra la 16e édition du festival Chantez-vous bien chez nous à l’église du village. Le groupe Vesse du Loup y participera pour la toute première fois, tandis que les formations Discord et La Giroflée reviendront faire leur tour, au grand plaisir des fidèles festivaliers.

Même s’il en sera à son premier passage au festival, le quatuor La Vesse du Loup a déjà joué à Saint-Bernard-de-Michaudville par le passé, avant même la naissance de Chantez-vous bien chez nous.

« Ils avaient joué à Saint-Bernard pour mes 40 ans, se souvient Michel Riopel, président du comité organisateur du festival. Il y avait eux, puis Térez Montcalm notamment. Ils avaient fait un malheur! »

Même si la formation folk rock et trad a vu défiler une vingtaine de musiciens au fil des années, elle n’a rien perdu de son aplomb et a tous les éléments requis pour faire lever le party, avec Mario Breault, Dany Lamoureux, Nicolas Babineau et Alex Tremblay au sein de la meute.

Ça tombe bien puisque le slogan de cette 16e édition est « Équipé pour veiller trad », un clin d’œil au fait que la soirée à saveur trad risque de se terminer au petit matin.

Outre La Vesse du Loup, Discord sera de retour avec une nouvelle membre au sein de la formation, deux ans après son passage au festival. Marie-Pierre Lecault a depuis remplacé André Brunet au sein du quatuor de violons, complété par Nicolas Pellerin, Michel Bordeleau et Jean-François Branchaud.

Le groupe La Giroflée, formé de cinq musiciens de Saint-Côme, reviendra quant à lui dans la région après sept ans d’absence pour y interpréter des chansons puisées au fond des mémoires de leurs grands-parents, pièces qu’ils ont remodelées d’une musique énergique et actuelle.

Un jam et de la danse

En plus de la soirée de spectacles du samedi, où défileront ces trois groupes, le traditionnel jam aura lieu dans l’après-midi. Habituellement tenu à l’école aux Quatre-Vents, le jam devrait plutôt avoir lieu au Pavillon des loisirs cette année en raison des travaux qui se poursuivent toujours à l’intérieur de l’établissement scolaire. Même chose pour le site d’hébergement prévu pour les festivaliers qui souhaitent dormir à proximité.

Le dimanche, la danse viendra clore la 16e édition en après-midi. Elle sera menée par le calleur Donald Dubuc, accompagné par la musique de Discord.

« [Donald Dubuc] a une façon de caller qui est très dynamique, il adapte ses danses au public qu’il y a devant lui. Il prend le temps d’expliquer la danse avant, pour que tout le monde sache quoi faire. […] Tout le monde est bienvenu. Il y a un regroupement membre de Québec Folkore à Saint-Hyacinthe, on aimerait bien qu’ils viennent nous voir », lance Michel Riopel en guise d’invitation.

Le coût pour participer à la danse est de 10 $ à la porte.

Une formule là pour rester

Pour cette nouvelle édition, l’organisation a choisi de revenir avec une formule sur deux jours, instaurée l’an dernier, afin de condenser les activités. Auparavant, deux soirées de spectacles étaient présentées et le festival se tenait sur trois jours.

« Je pense que c’est la formule avec laquelle on va rester pour les années à venir », indique le président du comité organisateur.

Il faut croire que la recette fonctionne bien puisque les 300 billets pour la soirée du 23 février ont trouvé preneur depuis plusieurs semaines déjà.

Un festival plus vert

En plus de célébrer la musique traditionnelle, le festival Chantez-vous bien chez nous prendra un virage plus écoresponsable pour cette 16e édition.

« L’eau sera gratuite pour toutes les personnes qui amèneront leur contenant réutilisable, mentionne Michel Riopel. C’est une façon d’être un festival un peu plus vert. Les bouteilles sont éliminées et on recycle déjà les canettes que l’on redonne à la communauté pour amasser de l’argent. »

D’ailleurs, le festival a toujours été fort impliqué au sein de sa communauté, que ce soit en redonnant au service des loisirs, au Regroupement littéraire jeunesse de Saint-Ours, à la Maison des jeunes des Quatre-Vents ou à l’église de Saint-Bernard-de-Michaudville, qui accueille les spectacles chaque année. « Au total, c’est plus de 45 000 $ qu’on a remis à la communauté au fil des années », précise Michel Riopel, remerciant par la même occasion les nombreux commanditaires qui sautent dans l’aventure chaque année. Une nouvelle entente a d’ailleurs été conclue pour les trois prochaines années avec les Caisses Desjardins de la région de Saint-Hyacinthe, partenaire principal du festival.

image