8 février 2018
Consultation sur la diversité et la discrimination
Forum 2020 rend son rapport
Par: Rémi Léonard
Forum 2020 a terminé l’année 2017 en rendant au ministère de l’Immigration son rapport sur la consultation qu’il a mené dans la région maskoutaine.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Forum 2020 a terminé l’année 2017 en rendant au ministère de l’Immigration son rapport sur la consultation qu’il a mené dans la région maskoutaine. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La consultation réalisée dans la région maskoutaine par Forum 2020 dans le cadre du Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination est maintenant complétée. Durant ce tour d’horizon, l’organisme a conduit 25 activités terrain et a rencontré 228 individus, dont la moitié était des personnes immigrantes issues de 26 pays différents.

Bonne nouvelle : les participants ont décrit Saint-Hyacinthe comme un milieu généralement accueillant envers la diversité. L’exercice a quand même permis de mettre en lumière quelques obstacles à l’intégration qui persistent encore. Les questions les plus sensibles touchent à l’accès au logement et à l’emploi. « Il existe encore beaucoup de préjugés », a rapporté André Jacob, professeur retraité de l’École de travail social de l’UQAM spécialisé dans les questions de racisme et d’immigration, qui a agi comme consultant pour le projet. « Certaines blagues ou allusions qui peuvent paraître banales deviennent discriminatoires lorsqu’elles visent la couleur de peau, l’origine ou la religion d’une personne », a-t-il rappelé.
Il y a assurément un « travail continu de sensibilisation » à réaliser par le gouvernement, a-t-il énoncé, ne serait-ce que pour que les gens n’hésitent pas à dénoncer les comportements racistes. En même temps, la question de l’intégration des nouveaux arrivants relève beaucoup de « l’attitude des individus, d’un certain savoir-être de part et d’autre », a soutenu M. Jacob.
Méconnaissance des lois
En milieu de travail, il semble que les employés connaissent rarement leurs droits et les recours qu’ils peuvent exercer en cas de harcèlement, d’intimidation ou de discrimination, et ce, toutes origines confondues, a également soulevé Ana Luisa Iturriaga, la directrice générale de Forum 2020. « Il faut trouver des stratégies pour que les gens utilisent les recours existants », a-t-elle affirmé, soulignant que les normes du travail gagneraient à être mieux connues au sein de la population.
Il ressortait également de la consultation que le programme de francisation offert par le ministère de l’Immigration s’avère insuffisant pour certains immigrants qui partent de très loin dans l’apprentissage de notre langue. Lors du Forum national sur la diversité, tenu en décembre, le gouvernement a toutefois annoncé la mise en place d’un quatrième niveau de francisation (langue écrite) pour améliorer la maîtrise du français par les nouveaux arrivants.
Les organismes comme Forum 2020, qui travaillent à la régionalisation de l’immigration, pourraient aussi voir leur financement légèrement bonifié et être octroyé sur une base triennale au lieu d’annuelle. Il s’agirait d’un appui primordial pour l’organisme maskoutain, toujours à la recherche d’une certaine stabilité, a indiqué sa directrice générale.

image