15 mai 2014
Biographie
Jacques Bouchard : le Mad Men québécois
Par: Le Courrier
Marie-Claude Ducas, auteure de la biographie <em>Jacques Bouchard : le créateur de la publicité québécoise</em> et journaliste couvre depuis 25 ans la publicité et les communications. Après être passée par Infopresse, Le Devoir, l'Actualité, Châtelaine et autres, elle est actuellement chroniqueur médias pour le Journal de Montréal.

Marie-Claude Ducas, auteure de la biographie Jacques Bouchard : le créateur de la publicité québécoise et journaliste couvre depuis 25 ans la publicité et les communications. Après être passée par Infopresse, Le Devoir, l'Actualité, Châtelaine et autres, elle est actuellement chroniqueur médias pour le Journal de Montréal.

La publicité québécoise, Jacques Bouchard « connaissait ça », pour reprendre le slogan qu’il a lui-même créé pour Labatt en 1966 qui mettait en vedette Olivier Guimond et le célèbre « Lui, y connait ça! ».

À cette époque où l’influence anglophone était bien présente dans le monde des communications, le Maskoutain d’origine a su s’imposer en publicité et bouleverser l’avenir du domaine avec son agence publicitaire BCP, première agence d’importance au Québec. Bref, Jacques Bouchard est en quelque sorte le Créateur de la publicité québécoise.

Marie-Claude Ducas, journaliste, auteure et blogueuse, s’était donné pour mission le devoir de faire connaître l’ensemble de l’oeuvre du publicitaire en publiant aux éditions Québec Amérique sa première biographie. Aux yeux de l’auteure, il paraissait plus qu’important de faire rayonner les réalisations de l’homme qui a joué un rôle majeur dans l’évolution de la publicité au Québec.« Jacques Bouchard a non seulement été important pour l’évolution de la publicité, mais tout autant pour la culture québécoise, raconte Marie-Claude Ducas. En faisant mes recherches, son importance m’est apparue de façon encore plus évidente. Il a définitivement été un artisan majeur de la Révolution tranquille, même si on ne l’a jamais trop reconnu comme tel. »Pendant près d’un an, l’auteure s’est affairée à la collecte d’informations et de témoignages. Elle a consulté les archives de BCP, le Centre d’Archives Publicitaires, ainsi que le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe pour toutes les références contextuelles de l’enfance de Bouchard.« Jacques Bouchard s’est toujours identifié en tant que fier Maskoutain. Sa mère était originaire de Sainte-Rosalie et son grand-oncle se trouvait à être T.-D. Bouchard. Toute sa vie, il a parlé de Saint-Hyacinthe avec beaucoup d’orgueil et d’attachement et bien qu’il ait été un Montréalais aussi, jusqu’ à la fin de sa vie il a insisté sur le fait qu’il était plus Maskoutain que Montréalais », remarque-t-elle.

Essor économique

À l’instar de la série américaine Mad Men, Jacques Bouchard aura affronté les changements sociaux pour ainsi favoriser l’émergence du Québec inc., en plus d’affirmer un pouvoir économique lié étroitement à la publicité.

« La publicité a permis à plein de gens et d’artistes de vivre et de se développer. Et c’est sans parler de l’émergence du sentiment nationaliste. Tout le monde se souvient encore de son travail en communication politique avec Trudeau, parce que la Trudeaumanie, ça vient de lui! », précise l’auteure.Bouchard, auteur de l’ouvrage Les 36 cordes sensibles des Québécois, a réalisé ce que personne d’autre n’avait fait avant lui, soit cerner l’ADN du Québec comme personne d’autre n’avait réussi à le faire avant lui.« Avec cette biographie, j’ai fait le long reportage qu’on rêve de se permettre de faire quand on est journaliste, a avoué Marie-Claude Ducas. J’espère que ça deviendra un ouvrage de référence puisque le livre permet de comprendre le contexte du développement des médias et de la communication. »

image