5 octobre 2017
District Yamaska
Pierre Thériault propose son expertise
Par: Benoît Lapierre
Pierre Thériault tentera de succéder à Sylvain Savoie dans le district Yamaska.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pierre Thériault tentera de succéder à Sylvain Savoie dans le district Yamaska. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Candidat aux élections municipales du 5 novembre dans le district Yamaska, Pierre Thériault n’en est pas à sa première expérience électorale dans ce quartier de Saint-Hyacinthe.

Au scrutin général de 2009, alors que le district s’appelait Laurier, M. Thériault s’était mesuré à Sylvain Savoie, qui l’avait devancé par une majorité de 169 voix. Réélu sans oppsition en 2013, M. Savoie a décidé de ne pas solliciter un troisième mandat, de sorte qu’un nouveau conseiller sera élu dans Yamaska.
PierreThériault y affrontera Éric Deslauriers, l’actuel président des Loisirs Assomption. « Nous nous connaissons, il n’y a aucune animosité entre nous et je lui souhaite d’ailleurs bonne chance », a mentionné M. Thériault, lui-même un ancien président des Loisirs Sainte-Rosalie.
Il a signalé que le district Yamaska était un territoire hybride constitué d’anciennes portions des districts Saint-Joseph et Sainte-Rosalie, de même que du quartier Assomption, du nom de la paroisse de l’Assomption-de-Notre-Dame, un secteur communément appelé « l’Annexe ».
Âgé de 55 ans et natif de Montréal – ses parents sont originaires du Nouveau-Brunswick et de Berthierville -, M. Thériault habite dans le district Yamaska depuis son arrivée à Saint-Hyacinthe, il y a 18 ans. Il a étudié à l’université Northeastern, de Boston, a été ambulancier avec spécialité en urgence et travaille depuis 30 ans chez Gaz Métro comme technicien spécialisé.
« J’aimerais amener au conseil mon dynamisme et mon expertise. La biométhanisation m’intéresse beaucoup, énormément d’argent a été injecté dans ces installations et j’aimerais que ça rapporte. C’est un beau projet et ça devrait fonctionner. »
Se décrivant comme un passionné par les affaires municipales, M. Thériault a déjà fait quelques suggestions au conseil, en septembre 2015 notamment, lorsqu’il a proposé un tracé pour une deuxième voie d’accès au cégep et une utilisation différente de l’entrée actuelle. « Moi, je me présente pour représenter les gens et je suis hyper motivé à aller les rencontrer. J’ai tellement hâte de m’impliquer, ça me manque beaucoup », sourit-il.
Face au projet Réseau Sélection, le dossier de l’heure à Saint-Hyacinthe, il émet des réserves. « Quelqu’un qui veut amener des millions de dollars en investissement, on ne peut pas le repousser du revers de la main. Par contre, on ne peut pas accepter n’importe quoi. À l’endroit où on veut situer ça, ce serait un gros bloc qui dominerait tout, on ne verrait que ça. Il faut penser à long terme, se donner une vision sur un quart de siècle », estime-t-il.
Sur la question des avis publics, que les villes pourraient maintenant retirer des journaux en ne les affichant que sur le web, il entend consulter ses électeurs pour connaître leur opinion. « Je vous reviendrai là-dessus, mais je crois qu’on doit donner aux gens le plus d’information possible et pour moi, les deux façons de faire sont complémentaires. Les villes ont l’obligation légale de faire en sorte que les citoyens voient les avis publics et les comprennent. »
Pierre Thériault s’est donné comme objectif de remplir deux mandats au conseil municipal. 

image