18 décembre 2014
Quelle nostalgie?
Par: Pierre Bornais

« C’est comme ça que ça se passe dans le temps des Fêtes, c’est comme ça que ça se passe dans le temps du jour de l’An! »

Pour un certain nombre d’entre nous, les fêtes de fin d’année ne sont plus ce qu’elles étaient et plusieurs éprouvent de la nostalgie en se remémorant le « bon vieux temps ».

On semble oublier du même coup qu’elles étaient dans les faits – et à peu de choses près – ce que chacun en faisait.

Et que la mémoire est parfois sélective, surtout quand il s’agit du passé.

Elle permet surtout d’idéaliser certaines manifestations, certaines rencontres qui étaient imposées et souvent vécues « parce que l’on ne pouvait pas faire autrement ».

D’oublier aussi les temps de misère où une simple orange constituait un réel cadeau.

Bien sûr, les choses ont évolué avec le temps et la commercialisation à outrance de bien des événements du quotidien a déplacé progressivement le centre d’intérêt vers l’avoir et les cadeaux.

Pourtant, les valeurs d’amour fraternel, de paix et de partage qui étaient à l’ordre du jour le sont encore; même si une fois de plus elles semblent loin de nos préoccupations au quotidien.

La solitude des gens pauvres ou seuls est encore bien réelle, en dépit du filet social dont la « communauté » s’est dotée au fil des années.

Et tout porte à croire que le recul imposé à tout le moins à ceux qui ne peuvent se défendre – au nom d’une rigueur budgétaire aveugle – creusera davantage le fossé entre les individus.

Il faut donc se méfier d’une certaine nostalgie qui embellit le passé parce que seul le présent nous appartient et que c’est dans la société actuelle qu’il faut s’atteler à la tâche pour changer les choses.

Tout le reste demeure bien futile.

image