15 février 2018
entre les lignes
Sortir de l’ombre
Par: Le Courrier

Il est assez ironique de constater qu’au moment où le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe envisage de sortir de l’ombre et de rayonner dans de nouveaux locaux sur la rue Girouard, sa grande préoccupation concerne d’abord son financement.

Et on ne parle pas de majorer son maigre financement, mais plutôt d’éviter que le couperet ne tombe sur une partie de son budget de fonctionnement.
Révision gouvernementale oblige, notre centre d’histoire, comme une trentaine d’autres centres d’archives privés, est menacé de perdre une subvention de 30 000 $.
C’est peu et c’est énorme à la fois quand on pense que le budget total du centre d’histoire tourne autour de 150 000 $. Le directeur général de l’organisme apporte un éclairage encore plus concret sur ce que représente cette perte potentielle.
C’est le poste d’un des quatre employés qui est en jeu. Dans la mesure où le centre d’histoire est appelé à jouer un rôle central dans ce qui deviendra notre pôle culturel au centre-ville, il apparaît primordial de se soucier de son avenir immédiat.
En deux mots, il faut accorder autant sinon plus d’importance au contenu qu’au contenant si l’on souhaite que ce pôle culturel et notre musée du patrimoine régional en devenir puissent jouer leur rôle comme il se doit. À la place de la Ville de Saint-Hyacinthe, je ne me gênerais pas pour adopter une résolution officielle et l’adresser aux autorités concernées afin de traduire ma grande préoccupation.
Une résolution, c’est un petit geste politique et symbolique qui ne coûte rien. C’est une façon de manifester son appui et son intérêt à l’égard d’un organisme qui, comme il le dit si bien, exerce un devoir de mémoire que nous qualifierons d’essentiel.
Tiens, voilà en plein le genre de dossier que devrait prendre à bras-le-corps, porter et défendre la nouvelle conseillère du district Bois-Joli et ex-présidente de la Médiathèque, Claire Gagné. Tout comme notre centre d’histoire, elle aspire certainement elle aussi à sortir de l’ombre et à prendre son envol en 2018.

image