3 novembre 2016
Un CHSLD privé dans les plans de Robin
Par: Jean-Luc Lorry
Un CHSLD privé dans les plans de Robin

Un CHSLD privé dans les plans de Robin

Le Groupe Robin compte construire un CHSLD privé sur ce terrain qui borde le boulevard Casavant Est, voisin du complexe pour retraités L’Eau Vive.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Groupe Robin compte construire un CHSLD privé sur ce terrain qui borde le boulevard Casavant Est, voisin du complexe pour retraités L’Eau Vive. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Groupe Robin, un important promoteur immobilier maskoutain, projette de construire un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) privé sur le boulevard Casavant Est à Saint-Hyacinthe, a appris LE COURRIER.

Ce type d’établissement est destiné aux personnes en perte sévère d’autonomie nécessitant une surveillance constante et des soins spécialisés. Le futur immeuble qui pourrait atteindre une hauteur de sept étages sera voisin du complexe pour retraités l’Eau Vive, propriété du Groupe Robin, sur le boulevard Casavant. Il serait donc situé à proximité de sa nouvelle tour à bureaux Synergia. 

Toutefois, avant d’organiser la traditionnelle pelletée de terre, le promoteur devra obtenir un changement de zonage. La Ville orchestrera ces prochaines semaines une assemblée publique de consultation sur ce projet.

Il existe deux types de CHSLD privé, conventionné ou non conventionné. Selon le site web de l’Association des établissements privés conventionnés (AEPC), les CHSLD privés conventionnés sont des établissements dirigés par des propriétaires-gestionnaires qui détiennent un permis et qui sont subventionnés par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). 

À titre comparatif, un CHSLD privé non conventionné est une entreprise privée, indépendante et autonome qui détient un permis du Ministère, mais qui ne reçoit aucune subvention. 

« L’agence régionale de la santé a des ententes de services pour l’achat de places dans ces centres d’hébergement qui doivent détenir un permis du MSSS pour opérer et prendre soin des personnes en perte d’autonomie », peut-on lire sur le site Internet de l’AEPC. 

Concurrence régionale

Sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, on dénombre actuellement trois CHSLD privé dont deux conventionnés et un non conventionné.

Localement, le centre de soins de la Gare qui est rattaché à la Résidence pour retraités, Les jardins de la Gare, est considéré comme un CHSLD non conventionné.

À Saint-Hyacinthe, on dénombre aussi deux CHSLD publics. Le Centre d’hébergement de l’Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe d’une capacité d’accueil de 408 résidents et le Centre d’hébergement Andrée-Perrault pouvant recevoir jusqu’à 66 résidents. 

Expansion de l’Eau Vive

Parallèlement à son projet de construction d’un CHLSD privé, le Groupe Robin souhaite agrandir le complexe l’Eau Vive qui regroupe 439 unités de logement.

Le promoteur a demandé à la Ville un changement de zonage pour un terrain à usage commercial situé sur l’avenue Drouin. 

Sur cet emplacement, le Groupe Robin veut disposer des même usages que le complexe l’Eau Vive qui peut accueillir des personnes âgées autonomes, semi-autonomes et non-autonomes.

Pour le ou les futurs immeubles qui seront construits sur ce terrain vacant, le promoteur souhaite porter le nombre d’étages de trois – comme c’est actuellement le cas pour l’ensemble du complexe l’Eau Vive – à six.

Cette volonté d’agrandir le complexe L’Eau Vive doit faire l’objet d’une assemblée publique puisque ce projet contient des dispositions propres à un règlement susceptible d’approbation référendaire. 

Oeuvre Antoine-Girouard

Ce terrain, ainsi que celui où sera erigé le futur CHSLD privé, appartiennent tous les deux à l’Oeuvre Antoine-Girouard, le bras financier de la Corporation du Séminaire de Saint-Hyacinthe.

Rappelons que le Groupe Robin est lié par contrat avec l’Oeuvre jusqu’en 2020 pour l’exclusivité du rachat de ses terrains.

L’évaluation municipale du terrain de 28 801 mètres carrés destiné au centre d’hébergement privé est fixé à plus de 2,5 M$ comparativement à 313 500 $ pour celui de 19 590 mètres carrés qui servira à l’expansion de l’Eau Vive.

La Ville justifie cet écart par le fait que le terrain situé en bordure de l’avenue Drouin est adjacent à un terrain industriel occupé par Agropur. 

La direction du Groupe Robin n’a pas souhaité commenter ce dossier.

image