18 décembre 2014
Virage vert vs sécurité des citoyens
Par: Le Courrier

La présente est pour demander à la Ville de Saint-Hyacinthe de revenir sur sa décision de ne plus appliquer d’abrasifs sur les rues résidentielles, la rue Dufault ainsi que beaucoup d’autres artères en ville ont l’apparence de véritables champs de mines. 

Je joins ma voix au citoyen de la paroisse l’Assomption de même qu’au rédacteur en chef du Courrier de Saint-Hyacinthe, Martin Bourassa, qui écrivaient à ce propos dans la dernière édition du Journal Le Courrier. 

On répand des abrasifs dans les rues depuis que je suis gamin… De saupoudrer des abrasifs dans les rues à ne plus en étendre du tout, il y a un pas à franchir! Cette idée n’est pas celle de la décennie. Vous pourriez à tout le moins en étendre peu sans que cela nuise aux coffres de la Ville. Je suis moi-même pour l’écologie et le virage vert, mais dans ce cas précis, il en va aussi de la sécurité des personnes comme des usagers de la route. Un peu de sel dans une rue vaut mille fois mieux qu’une jambe cassée ou un accident grave.

Cette décision est sans fondement selon moi et vous pouvez sûrement trouver des alternatives plus écologiques que de ne point étendre d’abrasifs là où on en a besoin. Va pour les grandes artères et les axes routiers importants, mais je crois sincèrement que les rues résidentielles ont aussi besoin d’abrasifs (en quantité moindre s’entend) pour éviter blessures ou accidents… Et surtout d’une circulation des véhicules comme des personnes en toute sécurité.

Je pose une question : Qu’arriverait-il si un automobiliste blesse gravement ou mortellement un piéton sur un coin de rue glacé non salé? On peut adapter notre conduite à cette nouvelle situation, soit! Mais un accident reste un accident, n’est-ce pas?

Merci de votre attention et Joyeuses Fêtes.

image