18 février 2016
Lexus ES 300H
1 200 kilomètres de route tranquille
Par: Marc Bouchard

Permettez-moi de vous raconter une petite histoire. Il était une fois, trois journalistes automobiles bien décidés à se rendre au Salon de l’auto de Toronto

Publicité
Activer le son

Sans histoire, vous dites… C’est exactement la raison pour laquelle nos hardis journalistes avaient choisi la Lexus ES hybride : pour éviter d’avoir des tonnes d’histoires à raconter au retour, soit pour des raisons de fiabilité, de consommation ou simplement de confort.

La Lexus ES 300H, c’est un peu la ­version de luxe de la Toyota Camry, avec un petit quelque chose de plus, même si le constructeur japonais déteste que l’on compare les deux. Dans les faits, elles ­disposent sensiblement de la même taille et optent toutes deux pour un moteur 4 cylindres 2,5 litres à essence pour se ­lancer. Là s’arrête la comparaison.

Ainsi, la Lexus joint à son moteur à cycle Atkinson un moteur électrique. Les deux motorisations combinées ­propulsent aux roues avant une ­puissance de 200 chevaux, soit moins que la ES traditionnelle. Avouons cependant que les péripéties enlevantes de nos ­journalistes n’ont rien perdu de leur ­plaisir en raison de cette relative faible puissance.

Les accélérations se sont en effet ­avérées correctes en zone urbaine, et même si l’atteinte du 0-100 kilomètres à l’heure prend un peu de temps (quelque 8 secondes selon nos calculs), le tout est assez convivial pour avoir une randonnée confortable et sans problème.

Cockpit spacieux

Trois journalistes, trois tailles différentes (en fait, deux, puisque mes collègues franchissent allègrement les 6 pieds de hauteur alors que ma différence est ­plutôt horizontale…), mais un habitacle capable de plaire à toutes les positions.

À titre de doyen, j’ai occupé à la fois la place du passager avant et du conducteur à tour de rôle, laissant à mes jeunes ­collègues les places arrière. Malgré la ­relative longueur du trajet, aucun ne s’est plaint du manque d’espace ou de l’inconfort de la position. Au contraire, l’un d’eux en a même profité pour faire un petit somme.

Tout cela dans un espace fort bien ­insonorisé qui nous faisait oublier les bruits de la route et qui nous permettait d’apprécier les qualités du système audio Mark Levinson à 15 haut-parleurs. Les sièges sont confortables, mais offrent un soutien plutôt symbolique si la trajectoire mène à des courbes trop accentuées.

Manque évident au confort, les sièges arrière ne sont pas chauffants et le ­passager ne possède aucun contrôle de la ventilation. Notre collègue arrière a donc dû subir les affres du froid et se revêtir de son manteau tout au long du parcours, alors que nous profitions d’un espace de vie plus confortable.

Autre bémol aussi : les contrôles de la planche de bord sont loin d’être faciles d’accès. La similisouris d’ordinateur qui permet leur contrôle n’offre pas la ­précision voulue, surtout sur des routes bosselées, et il faut parcourir plusieurs menus pour s’y retrouver aisément.

Système hybride efficace

Ce qui caractérise la Lexus ES 300H, c’est d’abord sa motorisation hybride que l’on peut, pour quelques kilomètres, utiliser en mode électrique seulement. En mode hybride, la voiture change d’elle-même l’alimentation de façon ­censée être transparente.

Mais sans doute en raison d’un mauvais fonctionnement, notre Lexus n’était pas si transparente. Au freinage, elle faisait entendre un sifflement strident nous ­rappelant que les freins régénèrent la ­batterie. Et sur la route, en décélération, on pouvait sentir les changements ­survenir, provoquant de légers tremblements chaque fois. Un peu comme si la transmission sautait un rapport, une ­situation impossible alors que la Lexus ES est munie d’une CVT.

Malgré tout, il faut apprécier la faiblesse de la consommation, notre voiture ayant enregistré une consommation moyenne inférieure à 6,5 litres aux 100 kilomètres malgré quelques heures coincée dans le trafic torontois et un véritable froid de ­canard.

Luxueuse et confortable, la Lexus ES 300H est sans histoire. Économique, peu gourmande, elle n’offre cependant pas beaucoup de sensations de conduite non plus. Idéale pour ceux qui privilégient d’abord le confort et la grande fiabilité.

Photos Lexus Canada

image