13 décembre 2012
75e de la paroisse Précieux-Sang, La Providence (1)
Par: Le Courrier
Jean-Charles Prince et Fabien-Zoël Decelles, évêques en 1853 et 1937. Archives CHSH

Jean-Charles Prince et Fabien-Zoël Decelles, évêques en 1853 et 1937. Archives CHSH

Deux projets de paroisse

Publicité
Activer le son

Deux projets de paroisse

Le 22 octobre 1937, Monseigneur Fabien-Zoël Decelles, évêque du diocèse de Saint-Hyacinthe, accordait l’érection canonique de la paroisse Précieux-Sang. Nous fêtons cette année le 75e anniversaire de cet événement qui permit la création d’une paroisse dans le secteur de La Providence. La requête d’un groupe de paroissiens remise à Monseigneur l’évêque le 20 février 1937 avait donc porté fruit. Il s’agissait tout de même d’une deuxième tentative… En effet, en 1853, un groupe de paroissiens avait tenté sans succès la formation d’une paroisse au village de La Providence.

Premier projet, 1853

Le diocèse de Saint-Hyacinthe, fondé en 1852, ne compte pas encore de cathédrale en 1853, et l’unique église de Saint-Hyacinthe, Notre-Dame-du-Rosaire, a besoin de rénovations majeures. Devant le projet de construction d’une grande cathédrale et d’une possible disparition de l’église Notre-Dame-du-Rosaire, des paroissiens ont demandé la création d’une paroisse du côté sud de la rivière à La Providence en octobre 1853.

Si cette requête avait été exaucée, nous aurions une église à La Providence depuis fort longtemps et elle aurait eu pour nom : paroisse Providence. Le noyau paroissial comprenant l’église, le presbytère, une école et un cimetière, aurait été installé du côté est de la rue Bourdages, près de Saint-Paul. Le terrain prévu à l’époque aurait possiblement pris tout le parterre devant l’actuelle Maison Généralice des Soeurs de la Charité. Voici cette requête de 1853 : « Demande d’une paroisse au village de Providence dans N.D du Rosaire À sa Grandeur, Monseigneur J.C. Prince, Évêque de Saint-Hyacinthe L’humble requête des soussignés, paroissiens catholiques romains et propriétaires de la paroisse nouvellement nommée Notre-Dame du Saint-Rosaire, de Saint-Hyacinthe, dans la partie sud-est de la rivière Yamaska et du rang appelé Saint-Dominique, dans la paroisse de Sainte-Rosalie, formant la majorité des propriétaires de ces lieux, expose respectueusement à Sa Grandeur : Que la population catholique dans ces parties de la paroisse de Notre-Dame du Saint-Rosaire et de Sainte-Rosalie, est déjà considérable, que cette population, d’ici quelques années, va d’après les calculs, redoubler à raison du nouveau village de Providence qui prend une extension très rapide, que cette population se trouve séparée en partie, de son église paroissiale par la rivière Yamaska qui nécessite des dépenses à faire, toutes les fois qu’il faut la traverser pour venir au culte public; que ces dépenses quoique peu élevées pour chaque fois qu’il faut traverser cette rivière, ne laissent pas que de se monter au bout d’une année à une somme assez élevée, surtout pour les pauvres, ce qui est et ce qui deviendra de plus en plus nuisible aux exercices du culte; et qu’attendu les nouveaux événements survenus dans Saint-Hyacinthe, qui ont partagé cette paroisse en deux paroisses distinctes, attendu la détermination prise par l’Évêque de Saint-Hyacinthe, de construire dans sa ville épiscopale, située au nord-ouest de la rivière Yamaska, une cathédrale d’une grande dimension qui pourra contenir toute la population catholique de cette partie; ci-devant de la paroisse de Saint-Hyacinthe, au nord-ouest de l’Yamaska; attendu que l’église actuelle de Notre-Dame du Saint-Rosaire exige une reconstruction ou une réparation considérable qui pourra induire la population de la partie nord-ouest de cette paroisse à s’unir à la nouvelle paroisse de Saint-Hyacinthe, et à se servir de la cathédrale pour y satisfaire aux devoirs du culte. Pourquoi, les pétitionnaires concluent à demander […] la formation d’une paroisse sous le vocable de Providence, et de vouloir en même temps, leur fixer une place d’église paroissiale et d’un presbytère; en déterminer les dimensions principales, et de vouloir bien agréer qu’il leur soit permis de présenter un terrain assez spacieux, situé au centre du village de Providence, comme aussi au centre de cette nouvelle paroisse, à la jonction des chemins par où aboutiront commodément et d’une manière plus rapprochée, la population des rangs éloignés et auquel il y aura moyen d’y placer l’église, le presbytère, une maison d’éducation et un cimetière, avec d’autres avantages y attachés, situé entre les rues Sainte-Anne [Bourdages], Saint-Joseph [Lafrance], Sainte-Marguerite [Saint-Paul], et Saint-Ignace, contenant onze emplacements de 100 pieds par 90 pieds avec la possession d’un terrain de 45 pieds de largeur sur 100 pieds de longueur, attenant, devant être donné par le Rév. Messire Crevier, prêtre, vicaire-général, et d’indiquer que la population en communiant dans cette nouvelle paroisse est d’à peu près de 1 500 à 2 000 âmes. Et les pétitionnaires [au nombre de 149] ne manqueront pas de prier pour Sa Grandeur. Notre-Dame du Saint-Rosaire, le [30] octobre 1853 ».

image