7 novembre 2013
À la rescousse de la Goodyear
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Nous sommes originaires de Saint-Hyacinthe, mais nous l’avons quittée pour poursuivre des études ou pour travailler. Nous restons cependant attachés à cette ville où nous avons grandi, étudié, travaillé. Nous avons récemment appris la démolition prochaine de l’usine Goodyear.

Nous trouvons extrêmement dommage que l’on détruise cet important patrimoine industriel qui caractérise Saint-Hyacinthe pour y ériger de banals condos qui, eux, ne caractérisent rien du tout, si ce n’est des erreurs qui se répètent trop souvent. Nous souhaitons qu’il y ait une réflexion approfondie concernant l’option de la mise en valeur de ce secteur de la ville. Bien sûr, il faut y allouer le temps nécessaire, mais surtout, il faut une volonté politique claire afin de chapeauter un projet d’une telle envergure. Il est nécessaire que la Ville soutienne les propriétaires pour qu’ils participent à bâtir un projet qui tient compte d’un contexte allant au-delà des limites physiques de leur propriété. En plus de donner de la visibilité à Saint-Hyacinthe en s’engageant dans un projet innovateur, le site patrimonial dont fait partie la Goodyear a le potentiel de rassembler plusieurs éléments qui touchent aux préoccupations actuelles des jeunes que vous désirez attirer et garder à Saint-Hyacinthe : la réutilisation d’espaces à l’architecture unique et historique, la densification urbaine pour freiner l’étalement, la proximité des services et de l’offre culturelle, l’éventuelle connexion au train de banlieue, le développement durable, etc. Saint-Hyacinthe n’est pas Montréal, mais elle a une longue histoire et elle est assez importante au Québec pour qu’on se préoccupe de son développement par le biais des projets culturels qui devraient l’animer à long terme. Imaginer un milieu de vie qui tient compte des préoccupations d’une jeunesse que la jolie peine à retenir devrait devenir une priorité pour vous. Évidemment, il y a des coûts et des efforts supplémentaires à mettre pour rénover ce bâtiment et développer ce secteur, mais pensez-y, nous n’allons pas visiter les pays européens parce qu’ils ont tout reconstruit à neuf!

Marie-France D. Bouchard et 21 cosignataires : Alexandra Beaudoin-Décarie; Alexis Bouchard; Félix Bouchard; Maxime Bouchard; Philippe Bourdon; Rémy Bousquet; Marie Louise Champagne; Joël Desmarais; Sarah Fortin Langelier; Simon Gaudreau; Philippe Gendron; Mathieu Gibeault; Louis Guilmain-Langelier; Jonathan Hébert; Catherine Hélie-Harvey; Colin Hélie-Harvey; Gabriel Hélie-Harvey; Radisson Labelle; Claude Ouellet; Étienne Prud’homme; Charlotte Thibault-Bédard.

image