21 avril 2016
Alexandre Barrette : imparfait et authentique
Par: Le Courrier
Alexandre Barrette viendra présenter son nouveau one-man-show le 28 avril au Centre des arts Juliette-Lassonde.

Alexandre Barrette viendra présenter son nouveau one-man-show le 28 avril au Centre des arts Juliette-Lassonde.

Tout de suite après avoir fini de présenter son premier spectacle Alexandre Barrette… et personne d’autre!, l’humoriste poursuit l’expérience en proposant du tout nouveau matériel. Imparfait, son nouveau one-man-show a été lancé à Montréal le 3 février. À travers ce dernier, on découvre un Alexandre Barrette qui tente de traverser la trentaine avec humour, mais surtout avec une bonne dose d’autodérision. Il viendra présenter son petit dernier le 28 avril au Centre des arts Juliette-Lassonde.

Publicité
Activer le son

Connu principalement comme animateur pour les deux émissions Taxi-payant et Atomes crochus, la sortie de ce ­deuxième spectacle représente un double défi pour l’humoriste. « Je sais que les gens me connaissent beaucoup comme animateur, mais je suis un humoriste avant tout et c’est ce que je souhaite ­réaffirmer avec Imparfait. Certains diront que c’est bien d’être connu de cette façon, mais c’est un couteau à double tranchant. J’ai l’impression de devoir être encore plus drôle. Puis, comme c’est mon ­deuxième, j’ai encore plus de pression. Ma plus grande peur c’est que quelqu’un me dise qu’il a préféré le premier show », explique Alexandre Barrette.

Heureusement, cette crainte ne s’est pas encore avérée. La réception d’Imparfait est très bonne et le public découvre agréablement le deuxième pan de l’animateur. Imparfait est un spectacle où l’humoriste parle de ses succès comme de ses échecs, et ce, toujours avec une juste dose d’autodérision.

« Le numéro central, qui résume bien le spectacle est lorsque je parle de mon 34e anniversaire. Mon père et moi avions discuté au téléphone d’où il se situait à 34 ans et ce qu’il avait accompli. Il était architecte et avait trois enfants… Mettons que je ne me sentais pas trop champion après l’appel. C’est l’élément ­déclencheur du spectacle. J’ai fait le point sur ma vie à ce moment-là. J’explique un peu ce constat dans le show, mais avec humour, toujours avec humour », précise-t-il.

L’humoriste concède que si Jean-­Thomas Jobin n’avait pas intitulé son spectacle Apprendre à s’aimer, l’idée aurait été franchement bonne pour le sien. Apprendre à s’aimer avec ses réussites et ses échecs qui font au bout du compte, selon Alexandre Barrette, les personnes que nous sommes.

L’une des plus grandes fiertés d’Alexandre Barrette, c’est d’être l’auteur de l’intégralité de ses textes. Lorsqu’on lui demande quel est son processus ­créatif, il répond simplement qu’il écrit tout le temps. Il note constamment ce qu’il trouve drôle ou bien des situations cocasses du quotidien. Puis, à chaque soir devant son ordinateur, il fait le tri, une tâche fastidieuse, mais tout de même agréable.

Pour finir, LE COURRIER lui a demandé s’il y avait une chose de parfaitement ­imparfaite chez lui. « Oh, il y en a ­tellement (rires). Je crois que la pire c’est que je ne retourne jamais les appels. Mais comme, jamais… Tu es mieux de rappeler jusqu’à ce que je réponde. ­Pourtant, étonnamment dans ma vie ­professionnelle ce n’est pas comme ça. Je suis très organisé. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que du côté personnel je me laisse plus aller. Je suis donc parfaitement imparfait dans mes retours d’appels, ça et tellement d’autres choses (rires) », conclut-il.

Il sera de passage au Centre des arts Juliette-Lassonde le 28 avril et en supplémentaires le 18 novembre.

image