21 décembre 2017
entre les lignes
Ancien et nouveau
Par: Le Courrier

Il y a eu des élections municipales le 5 novembre. Il y a donc un avant et un après. Un ancien conseil et un nouveau. Est-ce que le nouveau conseil est obligé de marcher dans les traces de l’ancien et d’entériner toutes les décisions passées? 

publicité

La question se pose puisque, dans plusieurs dossiers actuels, on nous sort l’excuse facile que le geste posé découle d’une volonté exprimée par l’ancien conseil.
C’est l’argument qu’on nous a servi pour expliquer la décision de sortir les élus des comités et conseils d’administration qui gravitent autour du conseil municipal. Et à nouveau au moment de motiver la décision de briqueter à neuf le Marché public. Bizarre, car tous les anciens conseillers n’en gardent pas le même souvenir. À croire que l’ancien conseil a le dos large.
À la place des nouveaux élus du nouveau conseil, cette tendance à vivre avec les décisions du passé me tomberait royalement sur les rognons. Et ça ne m’empêcherait certainement pas de les challenger. La bonne nouvelle, c’est que le nouveau conseil, formé d’une majorité d’anciens élus, n’a pas hésité à rajuster le tir dans le cas de la présence des élus sur les comités. Une nouvelle série de nominations a été faite pas plus tard que lundi au conseil. Cette décision s’imposait, bravo.
Pourrait-on assister à une autre volte-face du conseil avec le dossier des briques du Marché public maintenant? C’est à souhaiter.
On aimerait sentir que la Ville de Saint-Hyacinthe met autant de considération et d’efforts à préserver l’intégrité du patrimoine maskoutain qu’elle en déploie quand vient le temps de faire respecter ses exigences auprès d’un citoyen qui se présente au service de l’urbanisme pour refaire une lucarne ou une toiture sur une maison patrimoniale de la rue Girouard.
Je connais quelques résidents de ce secteur qui ont conservé quelques cheveux blancs de leurs négociations passées avec l’urbanisme.
Ceux-là peinent à croire que la Ville aurait autorisé un propriétaire à briqueter à neuf sa demeure ancestrale avec autant de désinvolture qu’elle le fait pour elle-même au Marché public.

image