20 août 2015
Crédits de taxes
Argument de vente majeur pour les promoteurs
Par: Jean-Luc Lorry
Le congé de taxes foncières de trois ans pour l’achat d’une résidence neuve constitue un outil marketing important pour le Groupe Robin. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le congé de taxes foncières de trois ans pour l’achat d’une résidence neuve constitue un outil marketing important pour le Groupe Robin. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Au Domaine sur le vert à Saint-Hyacinthe, la vente de maisons neuves risque de devenir plus difficile sans l’accès aux crédits de taxes. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Au Domaine sur le vert à Saint-Hyacinthe, la vente de maisons neuves risque de devenir plus difficile sans l’accès aux crédits de taxes. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le programme de crédits de taxes sur trois ans accordé aux propriétaires d’une nouvelle construction à Saint-Hyacinthe représente un argument de vente majeur aux yeux des promoteurs immobiliers.

Publicité
Activer le son

Actuellement, plusieurs secteurs de la Ville disposent de terrains à bâtir sur lesquels s’applique un crédit de taxes foncières.

Celui-ci demeure entre autres un incitatif non négligeable pour ceux qui souhaitent s’établir sur le Domaine sur le vert, un vaste projet domiciliaire situé dans le secteur Notre-Dame à Saint-Hyacinthe.

En développement, le Domaine sur le vert représente un potentiel à terme de 1800 unités incluant la superficie du terrain de l’ancien golf La Providence.

« Si le crédit de taxes disparaît, nous allons avoir beaucoup de mal à vendre des maisons neuves. C’est une aide majeure à la vente », estime Pascal Milotte, l’un des agents immobiliers responsables de vendre des résidences clé en main au Domaine sur le vert.

Le Groupe Robin mise beaucoup sur le développement du Havre des Dominicains qui a permis de créer un nouveau quartier résidentiel dans le district Douville.

« C’est un élément marketing très fort pour la Ville qui souhaite devenir attractive. Cela sera plus difficile pour nous comme promoteur immobilier si ce programme n’est plus offert, mais nous réussirons à nous ajuster », mentionne Jonathan Robin, vice-président duGroupe Robin.

image