5 mai 2016
Au-delà de la surprise
Par: Pierre Bornais
Au-delà de la surprise

Au-delà de la surprise

Publicité
Activer le son

La démission imprévue de P.-K. Péladeau de toutes ses responsabilités politiques est vraiment un coup de ­tonnerre dans un ciel sans nuages.

La surprise est d’autant plus grande qu’il y a quelques jours, le chef du PQ semblait plutôt orienté vers un autre avenir. Sa ­position sur la convergence des forces ­nationalistes semblait trouver des appuis auprès des défenseurs de l’indépendance du Québec. Seul le temps dira si cette ­partie de son héritage politique survivra et sera source d’un nouveau dynamisme pour le PQ et les autres factions portant un message semblable.Mais, alors même que son parti ­politique doit mener rondement – et de façon improvisée ou presque – son remplacement, le geste de M. Péladeau soulève d’autres questions.

Appelé à choisir entre sa carrière ­politique et sa famille, il a opté pour cette dernière. La situation dans ­laquelle il se retrouve, moins d’un an après sa victoire à la tête du PQ, est certes unique; et constitue sans doute une première. Elle illustre cependant très bien les nouvelles réalités familiales que doivent vivre bien des couples quand il leur faut se ­séparer. Généralement, ces situations dramatiques ne font pas la manchette des journaux; elles n’en sont pas moins ­douloureuses et imposent ­toujours d’énormes sacrifices. Dans ce cas comme dans d’autres, l’empathie et le silence sont de mise. Tout comme le respect ­accordé à celui ou celle qui choisit sa ­famille en tout premier lieu.

Est-ce à dire que dans l’avenir, ces ­responsabilités découlant des fonctions publiques importantes seront réservées à certaines personnes en particulier? La conclusion semble hâtive. Et sans rappeler des situations particulières (les premiers ministres P.E. Trudeau et Brian Mulroney pour ne nommer que ceux-là), datant d’une autre époque, d’autres exemples existent qui démontrent le contraire.

image