7 février 2013
Au Mondial des cidres de glace avec Véronique Rivest!
Par: Hélène Dion

À partir de vendredi, tous les palais se tourneront vers le Mondial des cidres de Glace de Rougemont afin de découvrir les secrets de ces suaves nectars. La sommelière Véronique Rivest, Meilleur sommelier des Amériques 2012 et candidate au concours du Meilleur Sommelier du Monde 2013, sera présente à titre de porte-parole.

Publicité
Activer le son

Dès 18 h, vendredi, les cidres de glace seront en dégustation sous un chapiteau aménagé. Comme pour les années passées, les bars de service sculptés dans la glace composeront un aménagement féérique.

Le Cidre à table

L’idée reçue selon laquelle tous les cidres goûtent « la même affaire » est réfutée par la réputée sommelière.

« Selon le mode d’élaboration, la variété de pomme utilisée, le style du producteur, la variété de styles de cidres de glace est considérable. On peut sentir la pomme bien sûr, mais aussi des arômes comme le caramel, la fumée, la banane, etc. », explique Véronique Rivest, rejointe à son domicile en pleine étude pour le prochain concours mondial qui se tiendra à Tokyo en mars. Selon Véronique Rivest, le cidre de glace est un produit jeune, mais la courbe de croissance dans l’échelle de qualité est phénoménale. Elle le constate chaque année avec les concours : les cidres de glace sont de qualité, la technique est maîtrisée. À table, la sommelière propose quelques suggestions hors du commun. « C’est un produit dont l’acidité nettoie le palais et la note sucrée s’en trouve plus légère que d’autres vins liquoreux », explique-t-elle. Elle y va de suggestions telles que les bouchées sucrées/salées, tajines, currys, rillettes de canard avec canneberges, tartare de saumon, foie gras sur pains d’épices, des fromages, etc. « Avec le romarin, c’est génial! », précise Véronique. Ça donne envie non?

La programmation

En tout, 24 cidriculteurs et près de 20 producteurs agroalimentaires seront sur place. Depuis la première édition en 2008, l’affluence aura augmenté considérablement, passant de 3 000 à 18 000 visiteurs l’an dernier.

Le vendredi, dégustations, prestations musicales, feux d’artifice, et spectacle de Sylvain Cossette donneront le coup d’envoi à cette 6e édition. Le lendemain, les cidriculteurs seront de retour dès 11 h pour faire déguster leurs produits. Les enfants pourront profiter des aires de jeux, des îlots de feu extérieurs avec dégustation de guimauves pendant que papa et maman dégustent un cidre de glace! Véronique Rivest sera sur place pour rencontrer les gens, les producteurs et déguster. « Dès que l’on m’a approchée pour être porte-parole, il y a six ans, j’ai tout de suite dit oui parce que je crois à ce produit. C’est unique au Québec, c’est bon et ça ne ressemble à rien d’autre. C’est une belle carte de visite à l’étranger, tant auprès des consommateurs que des sommeliers. » Si par chance vous la croisez, n’hésitez pas à lui offrir vos encouragements pour le prochain concours du Meilleur Sommelier du Monde!

De la Carménère

On reconnaît la Carménère à ses arômes épicés, sa structure charnue qui donne parfois l’impression de déguster un vin « qui colle ». Ce cépage originaire du Bordelais, encore utilisé en petites quantités dans certains assemblages, peut parfois réserver de mauvaises surprises. Dans le verre, cela peut se résumer à des arômes désagréables de poivron vert et de notes végétales. Dans ce cas, c’est que ce cépage tardif n’est pas arrivé à maturité. Hors, je vous suggère comme vin de semaine avec burger ou côtes levées, la Carménère 2011 de La Capitana. Issu de la Vallée de Cachapoal, terroir reconnu pour ce cépage, ce vin offre de la générosité et du coffre qui ne cache pas le fruit. C’est de la Carménère comme j’aime! Épicée, charnue, aux notes rappelant le cacao également.

image