18 septembre 2014
AYE Scotland!
Par: Le Courrier

Au moment d’écrire, j’ignore si l’Écosse est officiellement un nouveau pays. Mais ils ont tout mon appui. Ils ont même reçu celui d’un autre Willie, le concierge de l’école dans les Simpson. Avec autant de Willie, ils ne peuvent que gagner!

Le résultat du référendum aura un effet ici, car les francs-tireurs bleus et rouges ne manqueront pas de tirer leurs conclusions. Les indépendantistes y voient des ressemblances frappantes, les fédéralistes, d’immenses différences.

Il est vrai que, comme nous, les Écossais ont eu droit aux tardives promesses de changements du NON, puis aux menaces et aux campagnes de peur.

Encore qu’on se demande bien ce qui pourrait intimider un peuple qui boit de la bière noire, mange des barres Mars frites dans des estomacs de moutons et a inventé le lancer du tronc d’arbre comme loisir familial. En jupe!

Une victoire du OUI redonnera de l’élan aux souverainistes et de l’eau au moulin à paroles de Mathieu Bock-Côté pour des années. Et Bernard Drainville ne manquera pas de promettre un référendum et un duo laveuse-sécheuse, rien à payer avant janvier 2023! Mais si c’est NON, on peut déjà prédire les éditoriaux des André Pratte et autres tue-l’espoir : « C’est la victoire du réalisme. Quand on est né pour un petit pain, le rêve est l’antichambre de la dépression ». Ou Jean Lapierre de pérorer : « J’vous l’avais bien dit! Je m’étais moi-même tâté le pouls dans un centre d’achats du West-Island et je peux vous dire que la poule a pondé ses oeufs! »

Mais peu importe le résultat, la grande victoire écossaise est d’avoir redonné ses lettres de noblesse à l’indépendance, une démarche d’émancipation des peuples noble, légitime et en fin de compte, inéluctable lorsqu’il y a un projet social clair, inclusif, égalitaire et mobilisateur. C’est déjà remarquable.

image