31 octobre 2019
Bertrand Godin, derrière le volant et… la lentille
Par: Maxime Prévost Durand

Bertrand Godin lors du vernissage de sa toute première exposition de photos, présentée au Musée national de la photographie de Drummondville. Photo Tzara Maud

Connu du public surtout en tant que pilote automobile, Bertrand Godin se dévoile maintenant à travers une autre passion qui l’anime : la photographie. Son travail, derrière la lentille plutôt qu’un volant, fait l’objet d’une exposition qui se tient tout l’automne et l’hiver au Musée national de la photographie Desjardins de Drummondville.

publicité

Intitulée Bertrand Godin, pilote et… photographe, cette exposition regroupe autant des photos prises par le Maskoutain avec son propre appareil que celles d’autres photographes de renom qui ont capté certains des plus grands moments de sa carrière de pilote automobile.

Cette passion pour la photographie remonte à loin pour le jeune cinquantenaire. « Quand j’étais petit, j’achetais des magazines de course automobile et je regardais beaucoup les photos. Je regardais surtout celles d’un photographe qui s’appelle Allan de la Plante, un grand photographe qui a pris des clichés de Gilles Villeneuve à l’époque. Ça m’a toujours fasciné. Mais de là à me lancer dans cette passion de la photo, pour moi, c’était inaccessible. Finalement, je suis allé dans un sport qui ne l’est pas trop non plus », a affirmé en riant le pilote qui cumule plus de 30 ans de carrière.

Cela dit, il a développé malgré tout son intérêt pour la photo au fil des années, jusqu’à se bâtir une petite collection personnelle. « Quand j’ai montré mes photos aux gens du musée, ils m’ont dit “ça doit être exposé”. On ne s’en rend pas compte, on le fait surtout pour soi au départ… », a souligné Bertrand Godin, flatté, lors du vernissage de l’exposition, à la fin septembre.

En plus de présenter ses meilleurs clichés, dont une série montrant une équipe de baseball de Saint-Hyacinthe dans laquelle son fils jouait, Bertrand Godin a voulu rendre hommage à ceux qui ont suivi sa carrière de pilote, qu’il s’agisse des Bernard Breault, Tzara Maud, Claude Prud’homme et Bruno Dorais pour n’en nommer que quelques-uns parmi la quinzaine qui sont exposés.

Une année de rêve

Pour Bertrand Godin, 2019 aura été une année de rêve. En plus de cette exposition, le Maskoutain a disputé une première saison complète en plus de 25 ans au volant d’une monoplace dans le cadre de la série F1600, où il a de surcroît terminé au 3e rang du classement des pilotes.

« Depuis l’an dernier, je revis des rêves. Je me sens comme si j’avais 15 ans. Je resavoure les joies d’être derrière un volant et d’en profiter, a mentionné le pilote, qui est accompagné par le Groupe À l’infini dans cette aventure. Et quand je regarde tous les efforts qui ont été mis ici [au musée], je n’ai pas de mots pour pouvoir remercier tout le travail qui a été fait. »

L’exposition de Bertrand Godin, en cours depuis quelques semaines déjà, se poursuivra jusqu’au 1er mai 2020 au Musée national de la photographie Desjardins de Drummondville.

image