11 février 2016
Blessé, Bruno Gervais devra être opéré à un genou
Par: Maxime Prévost Durand
Blessé, Bruno Gervais devra être opéré à un genou

Blessé, Bruno Gervais devra être opéré à un genou

Bruno Gervais, membre des Eisbären de Berlin, sera à l’écart du jeu pour le reste de la saison.

Bruno Gervais, membre des Eisbären de Berlin, sera à l’écart du jeu pour le reste de la saison.

Le Maskoutain Bruno Gervais devra ­passer sous le bistouri dans les ­prochaines semaines. Le défenseur de 31 ans s’est blessé à un genou il y a un mois lors d’une partie des Eisbären (Ours polaire) de Berlin, dans la ligue de hockey d’Allemagne et devra rater le reste de la saison.

Publicité
Activer le son

Un joueur de l’Adler de Mannheim, l’équipe adverse, est tombé sur sa jambe alors qu’il tentait de récupérer une rondelle libre au centre de la ­patinoire. Résultat : déchirure du ­ligament croisé.

Rejoint par téléphone en début de ­semaine, Gervais a indiqué qu’il devait attendre que l’enflure diminue avant de se soumettre à une opération. « Je n’ai pas encore été opéré, mais ça va arriver dans les prochaines semaines », a-t-il soutenu.

L’opération et le processus de ­réhabilitation se feront en Allemagne, où lui et sa famille sont maintenant installés. « L’équipe m’a offert de retourner au Canada, mais notre famille va ­s’agrandir bientôt et ma femmeest trop avancée dans sa grossesse pour prendre l’avion. On est installés ici, tout est « setté », donc j’ai décidé de rester en Allemagne pour faire ma ­réhabilitation. »

L’ancien porte-couleur des Flyers de Philadelphie avait connu un bon début de saison avec sa nouvelle équipe à Berlin, récoltant 8 buts et 11 passes en 29 matchs, en plus de maintenir un différentiel de + 5.

« J’ai été très impressionné par la ligue et l’aréna. C’est une tout autre ambiance. Les gens chantent ­pendant tout le match ici, un peu comme au soccer. Il y a près de 13 000 personnes à chaque match, l’aréna est plein. Notre équipe est un peu le Canadien de Montréal de Berlin », image Gervais.

Certains ajustements ont été ­nécessaires sur la glace à son arrivée avec l’équipe, notamment en raison de la grandeur des patinoires ­européennes, plus larges qu’en Amérique du Nord. « C’est une autre mentalité. Le contrôle de la rondelle est très ­important, tandis qu’en Amérique du Nord on veut surtout faire avancer la ­rondelle rapidement en zone offensive », donne-t-il en exemple.

Malgré la blessure qui le tient à l’écart du jeu présentement, Gervaisest loin d’avoir donné ses derniers coups de patin. « Je suis loin d’être ­découragé. Ce n’est pas la meilleure ­situation, mais je reste positif », lance-t-il au bout du fil.

Le Maskoutain avait signé l’été dernier une entente de deux saisons avec les Eisbären de Berlin. Il compte être rétabli à temps pour la prochaine ­saison.

D’ici là, il tiendra cet été la 5e édition du Camp élite Bruno Gervais, un camp ­destiné aux défenseurs, du 4 au 8 juillet au complexe Sportscene à Mont-Saint-­Hilaire. La période d’inscription est déjà entamée.

image