27 mai 2021
Bon départ pour Les vieux chums
Par: Maxime Prévost Durand

Le cinéaste maskoutain Claude Gagnon lors de la première de son film à Saint-Hyacinthe la semaine dernière. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le cinéaste maskoutain Claude Gagnon a de quoi se réjouir. Son nouveau film , à l’affiche depuis vendredi, a connu un fort premier week-end dans les cinémas québécois.

Publicité
Activer le son

« On est en tête dans toutes les salles où il joue, à quelques exceptions près où il est deuxième », s’enthousiasme-t-il au bout du fil.

Au total, 54 salles ont présenté le film dans la dernière semaine et ce nombre pourrait augmenter dans les prochains jours, a projeté le cinéaste.

Au moment de mettre sous presse, il n’avait pas été possible de savoir exactement combien de personnes ont visionné jusqu’à maintenant, mais Claude Gagnon semblait heureux de la réponse du public.

« C’est sûr qu’on est en pandémie, alors ce ne sont pas des chiffres qui nous réjouiraient autant en temps normal, mais on est contents », résume-t-il.

Sans surprise, les Maskoutains ont répondu en grand nombre pour voir ce long-métrage, où la ville de Saint-Hyacinthe est à l’honneur pendant la majeure partie du film.

« Mon rêve était que le Cinéma Saint-Hyacinthe soit là où il y a le plus grand achalandage pour ce film et c’est réussi, on est très contents de ça », lance Claude Gagnon, avec fierté, après avoir consulté les données du box-office, qui placent les cinémas Beaubien (Montréal) et Beloeil tout juste derrière celui de Saint-Hyacinthe parmi le plus d’entrées vendues pour .

Reportée à maintes reprises en raison de la pandémie, cette œuvre mettant en vedette Patrick Labbé et Paul Doucet a finalement pu se rendre au public près de deux ans après que le tournage a eu lieu, même si ce n’est pas dans des conditions optimales. Les mesures sanitaires limitent toujours le nombre de personnes dans les salles et plusieurs personnes ignorent même que les cinémas sont rouverts, souligne Claude Gagnon. Cumulant plus de 50 ans de carrière, il estime même que l’on traverse « la pire période de l’histoire du cinéma au niveau du box-office ».

Néanmoins encouragé par ce premier week-end à l’affiche, Claude Gagnon s’attend à ce que le bouche-à-oreille fasse son œuvre et que le nombre de spectateurs soit encore plus élevé dans les jours à venir.

Malgré des critiques mitigées dans les médias nationaux, le cinéaste maskoutain soutient que la réaction du public a été « excessivement positive » jusqu’à maintenant, selon les échos qu’il en a eus.

image