3 mai 2012
Égout
Branchez-vous
Par: Martin Bourassa

Pour la deuxième fois en l’espace d’à peine quelques mois, des citoyens des secteurs de Saint-Thomas-d’Aquin et de Sainte-Rosalie tirent à boulets rouges sur la Ville de Saint-Hyacinthe. Oui la colère gronde en campagne.

publicité

Pour la deuxième fois en l’espace d’à peine quelques mois, des citoyens des secteurs de Saint-Thomas-d’Aquin et de Sainte-Rosalie tirent à boulets rouges sur la Ville de Saint-Hyacinthe. Oui la colère gronde en campagne.

Après avoir vivement dénoncé la fameuse harmonisation du compte de taxes, se plaignant entre autres de ne pas avoir les mêmes services que les résidants du coeur de Saint-Hyacinthe, ils s’indignent du fait que la Ville renonce maintenant à prolonger les égouts aux extrémités du réseau. Une décision qui ne fait que fournir des arguments supplémentaires à ceux qui n’ont toujours pas digéré l’harmonisation.Les représentants de la Ville ont été pris à partie lors des assemblées publiques organisées ces derniers jours pour informer les gens concernés. Et la plupart du temps, on raconte qu’ils ont eu du mal à défendre leur décision.Il faut dire que nos élus ne sont pas toujours faciles à suivre. Dans le dossier du prolongement des égouts, le plan directeur devant guider les interventions en semblable matière remonte déjà à 2005 et 2006. Il ne prévoyait aucune intervention au bout du réseau sur le boulevard Laframboise, la rue Des Seigneurs Est et le chemin Saint-Louis. Mais par la suite, elle a ouvert la porte à cette possibilité.Une possibilité qui a d’ailleurs été inscrite noir sur blanc et même chiffrée au plan triennal d’immobilisations de la Ville de Saint-Hyacinthe, un PTI qui dicte habituellement les priorités et les dépenses prévues sur une période de trois ans.On comprend les résidants des secteurs touchés d’y avoir cru, jusqu’à la semaine dernière. D’autant plus que la Ville de Saint-Hyacinthe essaie tant bien que mal de se faire une réputation de leader au niveau environnemental, en misant sur la biométhanisation, la collecte à trois voies et sa politique verte.Peut-on à la fois se targuer d’être une référence environnementale et freiner le développement de son réseau d’égout? Peut-on sérieusement investir des dizaines de millions dans la biométhanisation et le développement de technologies aux résultats incertains et renoncer à brancher des maisons sur une distance de 1,5 kilomètre en s’inquiétant des coûts d’entretien et de remplacement des nouvelles infrastructures?La logique municipale n’est pas toujours facile à suivre, même qu’elle m’échappe souvent. Surtout quand ceux qui réclament des égouts affirment que c’est la volonté exprimée par une forte majorité des propriétaires concernés.J’imagine qu’ils seront un certain nombre à la prochaine séance du conseil lundi soir pour faire entendre leur mécontentement et présenter leurs arguments. En ce qui me concerne, voilà un autre dossier qui s’est étiré inutilement faute de volonté, de courage ou de vision politiques. La Ville aurait dû se brancher bien avant.Mais être capable de se brancher, ce n’est pas donné à tous nos élus.

image