27 décembre 2012
Brunch annuel de l’UTA des Maskoutains
Par: Le Courrier
Dans l’ordre habituel : Monsieur le maire Claude Bernier, le conférencier Raymond Gravel, prêtre; Isabelle L’Heureux, présidente de l’UTA des Maskoutains; le député Émilien Pelletier et Gilles Sénéchal, trésorier de l’UTA des Maskoutains.

Dans l’ordre habituel : Monsieur le maire Claude Bernier, le conférencier Raymond Gravel, prêtre; Isabelle L’Heureux, présidente de l’UTA des Maskoutains; le député Émilien Pelletier et Gilles Sénéchal, trésorier de l’UTA des Maskoutains.

Le 4 novembre se tenait le huitième brunch annuel de l’UTA des Maskoutains au club de golf de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Cette année, comme par le passé, un conférencier de renom a pris la parole à la fin du repas. Raymond Gravel, prêtre, dont c’était l’anniversaire de naissance, cadrait bien dans la lignée des conférenciers précédents tels Sami Aoun, politologue à l’Université de Sherbrooke; Marie-Rose Charest, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec; Claude Béland, anciennement président des Caisses populaires Desjardins et plusieurs autres personnalités tous aussi prestigieuses.

La notoriété actuelle de M. Gravel résulte d’une expérience de vie variée et bien remplie à 60 ans due à son implication auprès du monde ordinaire, celui de la politique fédérale, et de l’église des gens du peuple.M. Gravel a causé du « Québec d’aujourd’hui et de demain ». Il a fait le point sur la situation de la société québécoise actuelle et proposé des moyens simples que nous devrons prendre pour lui assurer un avenir où on peut vivre sans toutes les frictions qu’elle connaît présentement. Il propose des valeurs : l’entraide (se soutenir les uns les autres), la tolérance (accepter que les autres sont différents) et la solidarité (supporter les autres même si ça fait mal) toutes trois essentielles à notre avenir comme peuple.Le ton de la conférence était détendu et amusant, parsemé d’anecdotes parfois grinçantes à l’égard d’une certaine hiérarchie déconnectée de la société où nous vivons, selon lui. Une séance de questions a suivi de la part de l’audience auxquelles M. Gravel a répondu de manière simple, complète et franche.L’audience qui avait rempli la salle à manger a fort apprécié ce moment d’arrêt, de détente et de réflection.

image