24 juillet 2014
Victime d'une blessure au camp d'entraînement
« Ça va bien »
Par: Maxime Prévost Durand
Luc Brodeur-Jourdain est maintenant rétabli de la déchirure d'un muscle du bicep qui l'a incommodé durant le camp d'entraînement des Alouettes.

Luc Brodeur-Jourdain est maintenant rétabli de la déchirure d'un muscle du bicep qui l'a incommodé durant le camp d'entraînement des Alouettes.

Luc Brodeur-Jourdain a eu peur de ne pas être en mesure de commencer la saison. Victime d’une blessure au bicep durant le camp d’entraînement des Alouettes de Montréal, on a craint le pire dans son cas. Mais la blessure a été moins importante qu’elle n’aurait pu l’être, permettant au Maskoutain d’être sur le terrain pour la première joute de la saison.

publicité

« Ça va bien », assure dès le départ le sympathique gaillard lors du passage du COURRIER à un entraînement des Moineaux. « J’ai bien récupéré. On avait peur, moi et les médecins de l’organisation, parce que dû à l’enflure, on ne sentait plus l’attache du tendon de mon bicep et je manquais de rotation dans mon bras. On croyait donc que j’avais une déchirure du bicep. Finalement, il s’agissait bel et bien d’une déchirure, mais au niveau d’un muscle et non d’un tendon. La récupération s’est faite sur une période de 2-3 semaines plutôt que de se faire sur un an. »

Le soulagement était grand, malgré la blessure infligée, lorsque les résultats des tests sont entrés. « J’étais très émotif quand on a eu les résultats de la résonnance magnétique, quand j’ai réalisé que j’allais pouvoir jouer au football cette année. »L’athlète de 30 ans venait de signer une prolongation de contrat avec les Alouettes pour les trois prochaines saisons quelques mois plus tôt.

L’après Calvillo

La troupe montréalaise doit composer avec plusieurs changements encore une fois cette saison. Il y a un nouveau personnel d’entraîneurs pour une deuxième saison consécutive, mais l’offensive a aussi perdu le vétéran quart-arrière Anthony Calvillo, qui a annoncé sa retraite durant la saison morte.

Calvillo a eu un grand impact dans la carrière de Brodeur-Jourdain. « Ma façon de me préparer, je la tiens d’Anthony Calvillo. Je le regardais se préparer et ça m’inspirait. Je me disais que c’était de cette façon qu’il avait réussi et je voulais faire la même chose. C’est difficile [de voir un joueur comme lui partir], mais c’est la réalité du football. La vie continue, mais ce n’est plus pareil. »Avec ces changements, une grande adaptation a été nécessaire pour tous les joueurs, dont ceux de la ligne offensive pilotée par le Maskoutain. « Du fait qu’on a changé de livre de jeux et de groupe d’entraîneurs, tout ce qu’on a fait l’an dernier et où on était rendu en tant qu’offensive, ça s’est arrêté lors de notre dernier match contre les Tigers-Cats d’Hamilton (en demi-finale de l’Est) », soutient Luc Brodeur-Jourdain.La tâche a même été compliquée dans leur préparation pour la saison 2014, lorsqu’au milieu du camp d’entraînement, le nouveau coordonnateur offensif, Rick Worman, a été remercié. « Maintenant avec Ryan (Dinwiddie), on sent qu’il y a quelque chose qui se bâtit et ça va bien. C’est quelque chose qu’on doit bâtir tout au long de la saison. »

Sur le terrain

Les Alouettes bénéficient présentement d’une semaine de congé, après les quatre premières rencontres du calendrier régulier. Ils présentent une fiche d’une victoire et trois revers.

Montréal a d’abord subi une défaite de 29 à 8 à Calgary aux mains des Stampeders, la ligne offensive accordant entre autres quatre sacs du quart dans la défaite. À son retour au Stade Percival-Molson la semaine suivante pour y affronter les Lions de la Colombie-Britannique, les Alouettes ont vengé leur premier échec avec une victoire sans équivoque de 24 à 9.Lors de la troisième semaine d’activités, les Blue Bombers de Winnipeg sont venus voler une victoire au domicile montréalais en l’emportant 34 à 33. La semaine dernière, le deuxième rendez-vous Alouettes-Lions s’est soldé par un cuisant revers de 41 à 5 des Montréalais.

image