27 février 2020
Chevrolet Bolt 2020 : un peu plus…
Par: Marc Bouchard

Photos General Motors

Bleu oasis, vous connaissez? Si vous m’avez vu circuler au cours des derniers jours en Chevrolet Bolt, vous connaissez la couleur. Elle est, avouons-le, tout sauf discrète. En fait, elle est même particulièrement voyante, ce qui semble faire partie de la génétique même de la Bolt. J’ai, au cours de ma semaine d’essai, rencontré des Bolt grises ou blanches plus anonymes. Mais j’ai aussi vu des Bolt jaunes fluo, définitivement et aisément identifiables.

publicité

Pourquoi parler autant d’une simple couleur? Parce qu’elle fait partie de l’identification de la marque. Car, il faut bien l’admettre, sans cette explosion visuelle, la Chevrolet Bolt n’a qu’une silhouette plutôt anodine. Ce qui est correct, pour un petit véhicule compact ordinaire. J’avoue cependant que j’apprécie toujours un peu plus de personnalité dans l’apparence d’une voiture (ici, les mauvaises langues vous diront que j’ai déjà roulé en Pontiac Aztek qui en avait peut-être un peu trop, de personnalité, mais tout de même).

La réalité, c’est qu’alors que les autres véhicules 100 % électriques ont longtemps lutté pour avoir un style différent et un peu plus « funky », la Chevrolet Bolt joue plutôt la carte de la sobriété. On a eu beau changer un peu la calandre de la voiture pour 2020, la silhouette demeure assez générique. Jolie, mais pas au point de faire tourner les têtes!

Même l’intérieur est assez sobre, bien que mieux pensé. Il est vrai que certaines appliques sur le tableau de bord donnent une drôle d’impression. Ma sœur, passagère de quelques minutes, n’a pu s’habituer au look plastique de la planche de bord à motifs. J’avoue personnellement ne l’avoir remarqué que sur sa mention, ce qui démontre bien qu’il s’agit d’une question purement subjective.

Précisons quand même que l’écran central de la Chevrolet Bolt est bien pensé, facile d’accès et surtout offre une liste complète de fonctions faciles à comprendre. On peut, comme c’est toujours le cas, y suivre aussi l’évolution de la charge électrique, du transfert d’énergie et des autres commodités. Je l’admets sans gêne, j’ai passé beaucoup trop de temps les yeux rivés dessus pour voir comment je me débrouillais en conduite écoénergétique, mais je suppose que cette manie passe avec le temps.

Le gros bémol de la Chevrolet Bolt, c’est l’inconfort chronique des sièges avant. Je connais des propriétaires qui n’ont pas hésité à augmenter le rembourrage des sièges pour plus de confort. Car la version originale propose encore et toujours le confort d’un banc de parc, ce qui est tout de même décevant.

Autonomie et conduite

Pour 2020, la Chevrolet Bolt a subi d’importants changements. En fait, un important changement : on a augmenté son autonomie électrique de 383 à 417 kilomètres au total. En théorie du moins, car mon essai se déroulant alors que les températures frôlaient les -20 degrés ne m’a pas permis d’excéder un maximum de 277 kilomètres au total. Cette augmentation de capacité est une gracieuseté d’une batterie repensée par les ingénieurs, passant de 60 à 66 kWh grâce à une nouvelle composition chimique.

Évidemment, à cette capacité s’ajoute la possibilité de régénérer de l’énergie grâce au freinage et à une conduite plus soigneuse. Il me faut cependant l’avouer, je ne me suis même pas approché du maximum annoncé par Chevrolet.

Heureusement, sur une borne de recharge rapide, il ne faut que 40 minutes pour une recharge de près de 75 %, soit dans mon cas 200 kilomètres environ. Une borne de niveau 2 exigera un peu plus de 6 à 7 heures pour une recharge complète. Et les pauvres usagers qui doivent comme moi compter sur un circuit standard (eh oui, j’attends toujours mon électricien pour modifier la prise) peuvent estimer un maximum de 8 kilomètres d’autonomie par heure de recharge. J’ai donc dû patienter quelque 34 heures avant de voir la batterie totalement rechargée. Mais, je le répète, je ne suis pas un exemple, n’ayant pas de borne à domicile, ce qui devrait être le premier achat d’un nouveau propriétaire de VÉ.

En conduite, la Bolt montre une accélération intéressante, évidemment un silence de roulement sans reproche, et une direction correcte, bien que faisant un peu ressentir la lourdeur des batteries. Ses 200 chevaux et son couple de 266 lb-pi permettent de passer de 0 à 100 en environ 6 secondes. Et bien qu’elle ait quelques défauts, comme les sièges, elle continue d’être une voiture électrique remarquable.

Alors, pour ou contre la Chevrolet Bolt? Pour, évidemment, si vous misez sur une voiture électrique offrant de bonnes capacités et une conduite somme toute agréable. Mais soyez prévenu : il s’agit ici d’une petite compacte aux dimensions réduites, mais aux capacités plus qu’intéressantes.

image