26 décembre 2019
Son film Les vieux chums sera soutenu par la SODEC
Claude Gagnon reçoit « une bonne grosse tape dans le dos »
Par: Maxime Prévost Durand

Sur la photo, on aperçoit le cinéaste maskoutain Claude Gagnon (à droite) lors du tournage de son long-métrage Les vieux chums, à Saint-Hyacinthe, l’été dernier. Photo gracieuseté

Tout juste avant Noël, le cinéaste maskoutain Claude Gagnon a reçu le plus beau cadeau qu’il pouvait espérer pour conclure l’année 2019 en beauté. Son long-métrage Les vieux chums, qu’il a tourné principalement à Saint-Hyacinthe l’été dernier, recevra le soutien financier de la SODEC dans le cadre de son programme d’aide à la production.

publicité

« Quand on fait un film, on est un peu isolé et tant que les gens ne l’ont pas vu, qu’ils n’ont pas mis leur sceau, on est toujours un peu angoissé. Le soutien de la SODEC, je le vois comme la bonne grosse tape dans le dos qu’on attendait. On l’a reçu vraiment comme un sceau d’approbation d’un organisme gouvernemental culturel. On est vraiment heureux qu’ils nous aient glissés parmi ceux qui reçoivent du soutien », a commenté Claude Gagnon lorsque joint par LE COURRIER.

La SODEC a inclus Les vieux chums parmi la liste de 21 longs-métrages choisis pour ce programme d’aide à la production. Une première vague de neuf longs-métrages avait été annoncée en mai, puis une douzaine de longs-métrages ont été ajoutés en décembre dans la seconde vague, laquelle compte le film du Maskoutain.

« Une soixantaine de projets ont été présentés [pour cette deuxième vague], donc ça veut dire que le film s’est très bien classé. C’était un excellent projet », a soutenu Johanne Morissette, directrice des communications de la SODEC.

Cette nouvelle arrive à point puisque Claude Gagnon et son équipe franchiront en tout début d’année les dernières étapes du projet avant que celui-ci ne soit enfin projeté sur nos écrans. Le soutien de la SODEC se traduira par un montant d’environ 100 000 $, a indiqué le réalisateur et scénariste maskoutain. Le budget global du film s’approche quant à lui des 640 000 $. Le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec ont aussi donné leur appui financier au projet, en plus de différents commanditaires de la région.

« C’est la première fois que je fais un long-métrage avec un budget aussi limité », s’est-il exclamé au bout du fil. Mais qu’à cela ne tienne, il ne s’agit pas nécessairement d’un point négatif et, plus important encore, le public n’y verra pas nécessairement la différence, a-t-il poursuivi.

« Ça ajoutait un plus au projet parce que les gens étaient tellement impliqués. […] Personne parmi les comédiens n’a eu de cachet aussi bas dans leur carrière cinématographie, mais ils ont tous accepté parce qu’ils croyaient au projet. »

La distribution est menée par Patrick Labbé et Paul Doucet, mais compte également plusieurs autres comédiens de renom, dont Pierre Curzi, Natasha Kanapé Fontaine et Marie-Hélène Thibault, en plus de mettre de l’avant des talents locaux comme Luka Limoges. Le Maskoutain Christopher Leduc, propriétaire de la boîte CL Productions, a également été ajouté à l’équipe en tant que producteur associé.

Les vieux chums met en scène les retrouvailles de Pierrot et Jacques, deux amis d’enfance éloignés par la vie au fil des années. Avec le retour de Pierrot dans sa ville natale plusieurs décennies après être parti, leur amitié reprendra là où elle avait été laissée en suspens, comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. Cette histoire met de l’avant les notions de l’amitié, mais aussi de la maladie, puisqu’on apprendra que Pierrot revient au bercail pour une raison : il se trouve prématurément en phase terminale à l’âge de 50 ans.

Avant de le projeter en salles au Québec, Claude Gagnon espère que son film saura attirer l’attention de différents festivals d’ici et d’ailleurs. Des développements en ce sens pourraient survenir dès la mi-janvier si tout va bien puisqu’il est, entre autres, dans la course parmi les entrées canadiennes soumises au Festival international du film de Berlin, où quatre de ses films ont déjà été présentés par le passé. La sortie en salle devrait se faire en 2020. Une avant-première se tiendra à Saint-Hyacinthe, a-t-il assuré.

image