24 juin 2021
Communiquez, s’il vous plaît!
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

En parcourant mon Courrier du 10 juin, j’ai été étonné par deux entrefilets insérés dans l’article sur la vente du terrain de stationnement à Groupe Sélection pour la construction de son projet Fridöm.

D’abord, la Ville de Saint-Hyacinthe a lancé un appel d’offres pour les plans et devis d’une place de spectacles extérieure sur une partie du stationnement qui reste. J’ai beau me tenir informé, c’est bien la première fois que j’entends parler d’un tel aménagement dans ce stationnement. Bon, il y en a déjà une à l’arrière du Centre Juliette-Lassonde, mais avouons-le, elle n’a jamais beaucoup servi.

L’autre entrefilet concerne l’achat d’une propriété sur l’avenue Saint-François en prévision du réaménagement de la promenade Gérard-Côté. Encore une! C’est fou le nombre de bâtiments que la Ville a acheté ces dernières années, et cela, en pleine pénurie de logements abordables. Mais ça, c’est un autre sujet…

Ces deux entrefilets m’amènent vers un constat auquel je suis arrivé depuis longtemps : notre administration municipale communique très peu avec ses citoyens.

Revenons à la promenade Gérard-Côté. Quelqu’un quelque part a-t-il vu les plans? Eh bien non. Pourtant, la Ville a acquis un nombre important de résidences dans le but de les démolir. Ce projet évalué à 33 millions $ ne verra pas le jour avant bien des années.

Autre sujet : la Ville a pratiquement acheté un pâté de maisons au centre-ville afin d’aménager, semble-t-il, une gare intermodale. Or, on ne sait rien de ce projet, à quel besoin il répond ni ce qu’il comprendra. Pourtant, là aussi, on achète à qui mieux mieux des immeubles commerciaux et résidentiels, au point que la Ville doit maintenant gérer des logements.

On pourrait aussi parler du parc Casimir-Dessaulles, dont on a détruit la fontaine pour la remplacer par du gazon. Quoi? C’est ça, le plan de rénovation du plus illustre parc de la ville?

Bref, on aimerait être informés. Depuis plusieurs années, la Ville ne distribue plus dans chaque foyer ses deux bulletins municipaux, pour des raisons écologiques, prétend-on. Or, qui va les consulter sur Internet? Et Saint-Hyacinthe n’a pas compensé par l’achat de publicités dans les journaux. C’est tout juste si on a préservé la publication des avis publics.

Par ailleurs, les derniers bulletins Le Loisir et Au rythme de Saint-Hyacinthe datent du printemps 2020… Je sais que la COVID a le dos large, mais la vie à Saint-Hyacinthe ne s’est quand même pas arrêtée il y a 15 mois!

Bref, Saint-Hyacinthe agit comme si informer ses citoyens n’était pas important. Par contre, une chance que nos médias sont là. Sans eux, ça ferait dur.

Roger Lafrance, Saint-Hyacinthe

image