17 septembre 2015
Fondation du Cégep de Saint-Hyacinthe
Contribution volontaire : une méthode de retrait qui déplaît aux étudiants
Par: Jennifer Blanchette
Le président du RÉÉCSH, Keven Brasseur, ­dénonce la nouvelle méthode imposée par la Fondation du Cégep de Saint-Hyacinthe concernant le retrait de la contribution ­volontaire de 10 $ versée par les étudiants.     Photothèque | Le Courrier ©

Le président du RÉÉCSH, Keven Brasseur, ­dénonce la nouvelle méthode imposée par la Fondation du Cégep de Saint-Hyacinthe concernant le retrait de la contribution ­volontaire de 10 $ versée par les étudiants. Photothèque | Le Courrier ©

Un changement dans la procédure de retrait de la contribution volontaire des étudiants à la Fondation du Cégep de Saint-Hyacinthe a fait bondir le Regroupement des étudiants et étudiantes du Cégep de Saint-Hyacinthe (RÉÉCSH). Le président de l’association, Keven Brasseur, qualifie cette nouvelle façon de faire d’« obstacle au remboursement ».

Jusqu’à récemment, les étudiants du Cégep avaient la possibilité de retirer la contribution de 10 $ versée à la Fondation en décochant cette option sur leur facture électronique via le portail web Omnivox.

Or, en mars 2015, le RÉÉCSH a appris que la procédure serait revue pour la session d’automne et que les étudiants devraient désormais imprimer et compléter un formulaire de remboursement ­disponible sur le site web de la Fondation, le numériser et ensuite le retourner par ­courriel à l’organisme.

Le crédit de remboursement serait émis au compte de l’étudiant lors de la prochaine période de facturation.

« Nous demandons un retour à l’ancienne façon de faire. Le Collège oblige ses ­étudiants à verser un don à la Fondation et met des obstacles au remboursement de ­celui-ci. Puisque je considère vital que les étudiants aient le choix de verser ou non un don à une fondation, je ne peux que ­m’opposer à cette initiative qui contraint les étudiants », a dénoncé Keven Brasseur.

Selon lui, la Fondation a adopté ce changement en raison d’un « taux médiocre de ­participation. À peine 50 % des 4 600 étudiants acceptaient de verser ce don ».

Il a ajouté qu’en mars, au moins une ­quinzaine d’étudiants s’étaient plaints du changement annoncé par la Fondation.

Un étudiant rencontré dans les locaux du RÉÉCSH a pour sa part déploré que bon nombre de ses collègues ne savaient même pas qu’il était possible de demander un ­remboursement de la contribution ­volontaire versée à la Fondation.

« Une avenue intéressante »

La Fondation du Cégep de Saint-Hyacinthe a justifié cette décision en stipulant « qu’après consultation avec d’autres ­fondations de Cégep, cette avenue nous semblait intéressante ».

D’après la présidente de la Fondation, Me Élyse Macdonald, la demande de remboursement est simple et accessible.

À savoir si son organisation acceptera de faire marche arrière, Me Macdonald a ­indiqué que « la Fondation évaluera la ­situation suite à cette nouvelle mesure mise en place. […] Si les gens nommés [du ­RÉÉCSH] veulent rencontrer la Fondation, les administrateurs sont disponibles sans problème ».

Une rencontre entre l’administration du Cégep de Saint-Hyacinthe et l’association étudiante est prévue le 23 septembre « pour discuter du problème », a annoncé Keven Brasseur.

Le président du RÉÉCSH devrait se joindre au conseil d’administration de la Fondation à titre de représentant du milieu étudiant à la fin de la semaine, si la résolution est entérinée.

La Fondation a souligné que depuis ­plusieurs années, il était difficile de trouver un représentant disponible pour pourvoir ce poste, tandis que Keven Brasseur a affirmé que la Fondation avait plutôt désigné de son propre chef un administrateur étudiant, l’empêchant ainsi d’y faire siéger la personne de son choix.

La période de remboursement de la ­contribution volontaire s’échelonne du 24 août au 25 septembre pour la session d’automne 2015.

image