30 avril 2015
Développement économique Longueuil
Court mandat sans lendemain pour De Tilly
Par: Jean-Luc Lorry

Après seulement neuf mois à la tête de Développement économique Longueuil (DEL), Mario De Tilly ne semblait plus être l’homme de la situation, a constaté LE COURRIER.

publicité

Fin novembre, le bras nourricier de DEL, composé de cinq municipalités qui forment l’agglomération de la Ville de Longueuil, avait décidé de mettre fin à la structure existante en mettant un terme à sa contribution annuelle de 2 M$ sur les 2,5 M$ de budget dont disposait l’organisme.

Cette décision a provoqué une restructuration musclée entraînant la dissolution de son conseil d’administration et le départ de plusieurs employés, dont le président-directeur général, Mario De Tilly.

Le conseil d’administration de DEL qui comptait alors 21 membres fut réduit à trois administrateurs (deux employés de la Ville de Longueuil et un conseiller municipal). Quant au personnel de l’organisme, son nombre a diminué de 15 à 7 employés.

Selon une source proche du dossier, les maires de l’agglomération Longueuil souhaitaient une structure moins coûteuse pour assurer le développement économique régional et son budget aurait diminué de moitié.

Surprise totale

La décision de l’agglomération d’arrêter le financement de DEL avait pris de court Mario De Tilly qui semblait avoir appris la fin de l’organisme qu’il dirigeait par le biais d’un communiqué de presse diffusé par la Ville de Longueuil.

« Cette fermeture fut une surprise totale. Le conseil d’administration de DEL était principalement composé de gens d’affaires chevronnés. Lorsqu’il a été décidé que les futurs administrateurs proviendraient exclusivement du milieu polititique, mon poste à DEL a perdu de son intérêt », a indiqué Mario De Tilly en entrevue au COURRIER.

Après avoir occupé pendant 22 ans le poste de directeur général au CLD Les Maskoutains, M. De Tilly avait démissionné de ses fonctions en mars 2014 pour accepter « une offre exceptionnelle » et « relever l’un des plus importants défis de sa carrière ».

Un porte-parole de l’Agglomération de Longueuil avait indiqué début décembre à médiasud.ca qu’un comité de transition composé des maires de l’agglomération proposerait « une nouvelle gouvernance et un nouveau cadre financier qui assureraient une plus grande transparence et imputabilité sur l’utilisation des deniers publics affectés au développement économique ».

Depuis la restructuration de DEL, les villes de Longueuil, Boucherville, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert ont chacune rapatrié leur propre développement immobilier auparavant sous la responsabilité de DEL.

image