21 juin 2018
Candidature à l’investiture péquiste de Saint-Hyacinthe
Daniel Breton espère être un « candidat électrisant »
Par: Olivier Dénommée
Daniel Breton, aujourd’hui résident de La Présentation, a officiellement annoncé ses couleurs le 18 juin.

Daniel Breton, aujourd’hui résident de La Présentation, a officiellement annoncé ses couleurs le 18 juin.

Plusieurs étaient au courant de ses intentions, mais celles-ci ont été confirmées lundi, jour de son 56e anniversaire : Daniel Breton, ancien député et ministre, espère gagner l’investiture péquiste dans la circonscription de Saint-Hyacinthe en vue de l’élection générale du 1er octobre au Québec. Plusieurs personnalités ont fait entendre leur soutien à M. Breton.

publicité

Les témoignages étaient nombreux venant de membres de l’exécutif péquiste de Saint-Hyacinthe et de députés de la formation politique, qui le voient déjà ministre au sein d’un gouvernement Lisée au lendemain de l’élection. Dans leurs interventions, une idée était particulièrement récurrente : « Daniel Breton est un incontournable pour la cause de l’électrification des transports. »

M. Breton a lui-même rappelé longuement ses engagements pour la cause des véhicules verts, incluant la publication de deux ouvrages avec Jacques Duval (L’auto électrique, hybride ou écoénergétique (2016) puis L’auto électrique… et plus! (2018)) et ses nombreuses initiatives pour faire la promotion de la voiture électrique, incluant le Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe, dont la première édition a eu lieu en novembre. « Cela fait 20 ans que je parle de l’électrification », insiste le candidat à l’investiture.

Mises au point

Lors de son allocution, Daniel Breton a évoqué ses problèmes de santé qui l’ont accablé il y a quelques années et qui lui ont finalement coûté son poste de ministre de l’Environnement dans le gouvernement Marois. Il souffrait d’apnée du sommeil qui a été responsable d’une dépression l’ayant empêché de travailler et, par conséquent, de payer son loyer pendant plusieurs mois. « Je me tuais à petit feu sans le savoir », a-t-il admis en entrevue, rassurant qu’il est un homme différent aujourd’hui.

Il a aussi mentionné qu’il se sent tout à fait à l’aise de représenter une circonscription rurale comme Saint-Hyacinthe, lui qui avait été député à Montréal, dans Sainte-Marie-Saint-Jacques avant d’être battu par Manon Massé. Il ne s’inquiète pas outre mesure des sondages difficiles qui placent le Parti québécois sous la barre des 20 %, rappelant que la tendance n’était pas plus facile en 2012. « Les gens savent que je ne vais pas là par opportunisme et je crois que les électeurs vont voir ça. »

Aucune mention n’a été faite de Sylvain Michon, qui a aussi déclaré son intérêt pour l’investiture péquiste de Saint-Hyacinthe dans les dernières semaines. L’assemblée d’investiture pourrait se tenir le 9 août. 

image