3 mai 2012
La Ville leur refuse l'égout
D’autres mécontents à Sainte-Rosalie
Par: Le Courrier
Une centaine de personnes ont assisté à la séance d'information de la semaine dernière au centre communautaire Rosalie-Papineau.

Une centaine de personnes ont assisté à la séance d'information de la semaine dernière au centre communautaire Rosalie-Papineau.

Comme à Saint-Thomas-d’Aquin une semaine plus tôt, les représentants de la Ville de Saint-Hyacinthe ont rencontré de la résistance la semaine dernière chez les résidants du secteur Sainte-Rosalie à qui le conseil municipal refuse la conduite d’égout sanitaire.

« Ce soir, vous l’avez vu, nous avons été très polis, mais ça n’en restera pas là, c’est sûr », a confié l’un de ces citoyens, Marcel Létourneau, au terme d’une séance d’information de plus de deux heures qui s’est déroulée en présence d’une centaine de personnes au centre communautaire Rosalie-Papineau.

La réunion avait été organisée principalement pour les propriétaires du segment de 1,4 km de la rue des Seigneurs Est qui est dépourvu d’égout. Mais des gens du chemin Saint-Louis et du boulevard Laframboise, dans Saint-Thomas-d’Aquin, incluant le Petit Rang et le Rang des Petits étangs, assistaient aussi à la réunion. Ce sont là les trois secteurs que le conseil a décidé tout récemment de retirer définitivement du programme de prolongement du réseau d’égout, conformément au plan directeur 2005-2006. Le maire, Claude Bernier, a rappelé que cette orientation a été maintenue par le comité de travail formé à l’automne 2011 pour réexaminer le dossier, puis par le conseil municipal. « Il n’y a pas de partis politiques municipaux à Saint-Hyacinthe. Chacun au conseil s’exprime selon sa conscience, ses valeurs, ses croyances. La recommandation du comité a été entérinée de façon très majoritaire, et les conseillers sont très fermes dans leur décision », a déclaré M. Bernier.Il avait d’abord rappelé qu’en 2006, la Ville avait informé les propriétaires des secteurs exclus du plan qu’ils devaient rendre leurs installations sanitaires domestiques conformes aux normes environnementales en vigueur, et qu’un certain nombre d’entre eux avaient obtempéré. « Ces citoyens ne veulent pas payer une deuxième fois pour un service qu’ils se sont donné à notre invitation. Certains nous informent même qu’ils vont s’objecter à la servitude, certains aussi trouvent la facture trop élevée », a-t-il souligné.Le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, a décliné ensuite bien d’autres éléments négatifs qui expliquent la recommandation du comité, dont le fait que les travaux devraient être réalisés hors de l’emprise de route du ministère des Transports, dans un corridor où se trouvent plusieurs arbres matures. Il a aussi signalé qu’il existait une grande disparité dans la longueur des terrains en façade, de sorte que les factures assumées par les riverains pourraient varier de 14 260 $ à 249 800 $. Mais ses arguments sont restés sans effet sur une bonne partie de l’assistance. Il faut dire qu’à l’été 2011, un sondage réalisé par la Ville a démontré que 35 des 49 propriétaires du segment non desservi de la rue des Seigneurs Est étaient favorables à la desserte en égout et que seulement huit s’y opposaient. Une résidante, Monique Aubin, croit que la Ville doit tenir compte du potentiel de développement du secteur, de même que de l’augmentation de l’évaluation foncière qu’entraînerait la desserte. « Une propriété avec une fosse septique n’a pas la même valeur qu’une propriété desservie par l’égout municipal », a-t-elle soutenu.Un résident du chemin Saint-Louis, Rosaire Martin, a voulu prêcher à son tour en faveur de la desserte, mais le maire Bernier l’a apostrophé pour l’en empêcher. « Vous n’êtes pas du secteur. Les gens convoqués sont ceux de la rue Des Seigneurs », lui a-t-il lancé. « Je suis un citoyens de Saint-Hyacinthe, j’ai le droit de parler », a répliqué M. Martin.Un propriétaire du Petit Rang est ensuite intervenu pour parler d’une autre possibilité de desserte du côté de la municipalité de La Présentation. « La Présentation accepte de nous brancher à nos frais, ça ne coûterait rien à la Ville. On aurait un système tout neuf sur Petit Rang et Petits Étangs et vous, vous refusez ça? C’est quoi l’affaire? Tout le monde est renversé », a lancé Simon Fontaine.« C’est à vérifier », lui a répondu le maire Bernier, à propos de la proposition de La Présentation.

Dans le programme triennal

La volonté de la Ville d’exclure le boulevard Laframboise et la rue Des Seigneurs Est des projets d’expansion du réseau d’égout – ces secteurs sont déjà desservis par l’aqueduc – ne cadre pas avec les orientations annoncées dans les plus récents programmes triennaux d’immobilisations (PTI).

D’abord prévue pour 2011, la phase I du prolongement de l’égout sanitaire le long du boulevard Laframboise, à partir de la rue Sansoucy, a été reportée à 2012. Quant au projet de la rue des Seigneurs Est (1,74 million $), on le retrouve au programme des gros travaux 2013 dans le PTI 2012- 2013-2014. Le représentant du district Sainte-Rosalie au conseil, Donald Côté, reconnaît que les derniers PTI annoncent bel et bien la réalisation de ces projets. Mais cela, assure-t-il, ne signifie pas que le conseil se contredit. « Tant que tous les problèmes n’étaient pas réglés, on continuait d’inscrire le projet au PTI », a-t-il expliqué.Des trois projets que la Ville souhaite maintenant abandonner, seul le prolongement de l’égout dans le chemin Saint-Louis n’est pas décrit dans les plus récents PTI.

image