23 janvier 2020
De l’expérience olympique au sein du CNSH
Par: Maxime Prévost Durand

En revenant comme entraîneur-chef avec le CNSH, Aziz Redouane (sur la photo) a fait appel à son bon ami Mahrez Mebarek, un ancien Olympien pour l’Algérie, comme adjoint. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Mahrez Mebarek, lors des Jeux olympiques de Beijing, en 2008. Photo Facebook

Un ancien Olympien forme depuis le début de la saison les athlètes du Club de natation de Saint-Hyacinthe. Mahrez Mebarek, représentant de l’Algérie aux Jeux olympiques de 2004 et 2008, s’est joint à l’entraîneur-chef Aziz Redouane, qui saluait pour sa part son retour avec le club maskoutain après trois années d’absence.

Publicité
Activer le son

« C’est motivant pour nos nageurs [de côtoyer un ex-Olympien]. Ça leur montre le chemin pour aller jusqu’aux plus hauts niveaux », soutient Aziz Redouane, lors d’une rencontre avec LE COURRIER.

L’effet de ce nouveau duo d’entraîneurs se fait déjà ressentir puisque « presque 100 % des nageurs ont amélioré leur temps » depuis le début de la saison.

Aziz Redouane connaissait déjà certains d’entre eux puisqu’il avait été l’entraîneur-chef du CNSH pendant deux saisons avant de quitter en 2016 pour relever d’autres défis. La vie a toutefois fait en sorte qu’il revienne avec le club maskoutain l’été dernier.

« Quand j’ai vu que Bruno [Benceny, l’ex-entraîneur du CNSH] partait du club, j’ai appelé le président et je lui ai dit que je pouvais les aider. Le club voulait que je revienne, mais comme j’ai un autre emploi, je ne peux pas être là à temps plein. J’ai donc demandé à Mahrez de me donner un coup de main » , mentionne-t-il.

Les deux s’étaient connus au milieu des années 1990 dans leur pays d’origine, où ils nageaient ensemble. Lorsqu’il a cessé de nager, Aziz Redouane était devenu entraîneur, prenant sous son aile Mahrez Mebarek, de quelques années son cadet. Le premier a ensuite été amené à partager son expertise au Canada à la fin des années 2000, puis le second, devenu à son tour entraîneur au terme de sa carrière d’athlète, est venu le rejoindre dans les dernières années. « C’est moi qui lui ai offert un travail ici », affirme M. Redouane.

Même si ce dernier a le titre d’entraîneur-chef au sein du CNSH, les athlètes sont surtout en contact avec son acolyte. « Il est ma tête et mes yeux. Il en mène large dans le club, reconnaît-il. Je m’occupe plus du côté administratif, je lui envoie les pratiques à faire pour chaque groupe et Mahrez est sur place. »

Une vision

Ensemble, le tandem apporte une vision de développement au sein du club maskoutain, à commencer par le programme « dauphins », soit l’école de natation. « On essaie de le mettre de l’avant le plus possible pour développer une relève », convient M. Redouane, qui se réjouit d’avoir retrouvé un club en santé à son retour au CNSH.

Des projets d’expansion pour former une concentration natation avec des écoles de la région est aussi dans la mire du club, pour ajouter à l’offre de sport-études déjà existante avec l’école secondaire Fadette.

Le CNSH s’est également associé récemment avec Sorel-Tracy Natation, qui était sans entraîneur-chef, pour lui offrir du soutien dans l’élaboration des programmes d’entraînement des athlètes. De plus, les nageurs sorelois seront intégrés au même calendrier de compétition que les membres du CNSH en cette nouvelle année.

Selon Aziz Redouane, tous les éléments sont en place pour que le CNSH poursuive sa croissance. « On est en train, lentement mais sûrement, de devenir un grand club tant au niveau du membership qu’au niveau des performances », lance-t-il avec le sourire.

image