1 mars 2012
De l’ordre
Par: Le Courrier

La grogne populaire est devenue la norme. De la grogne et des critiques érigées en système qui donnent l’impression que notre société moderne est devenue cahoteuse et ingouvernable, et ce, à tous les paliers de gouvernement. Une chose est certaine, il y a de l’ordre à mettre chez nous.

publicité

La grogne populaire est devenue la norme. De la grogne et des critiques érigées en système qui donnent l’impression que notre société moderne est devenue cahoteuse et ingouvernable, et ce, à tous les paliers de gouvernement. Une chose est certaine, il y a de l’ordre à mettre chez nous.

Récriminations et mécontentements alimentent sans cesse les tribunes aux lecteurs et les lignes ouvertes. Les conversations de tous les jours en font leurs choux gras et les sarcasmes ne sont pas toujours rigolos et élogieux à entendre. Hélas, il y a une bonne part de vérité dans tous ces propos. Commencons par le commencement : la santé. La complexité et la lourdeur de son ministère en font un véhicule très lourd à faire bouger, d’où la grogne continuelle de la population. Pas de médecin de famille, attentes inhumaines aux cliniques sans rendez-vous bondées à capacité à la première heure, longues attentes aux urgences des hôpitaux, opérations reportées aux calendes grecques et j’en passe. Un casse-tête dont plusieurs pièces restent sur la table… et j’oubliais les prises de bec du Ministre et de certains médecins qui alimentent encore la grogne. L’humain et sa santé devraient être au coeur du problème, pas l’égo de certains ou les sondages politiques. Des efforts ont été faits et des corrections apportées, mais il reste tant à faire. On attend que surviennent des drames ou des tragédies pour intervenir. La désinstitualisation, la santé mentale sous toutes ses formes, le manque d’encadrement, des familles et leurs malades laissés à eux-mêmes, les sans-abri et l’errance sont autant de sujets préoccupants pour une société, dite évoluée. Nul n’est besoin de rappeler les tristes événements des derniers mois. Et, la grogne continue en éducation, dans les CPE, dans les écoles, les cegeps et les universités. Et que dire de la construction? Qui mettra de l’ordre dans la « cabane »? -30-

image