9 août 2018
De passage à l’Expo, le PQ présente ses mesures de soutien à la relève agricole
Par: Rémi Léonard
Les candidats péquistes Jacques Tétreault, André Villeneuve et Daniel Breton étaient de passage à l’Expo pour parler d’agriculture. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les candidats péquistes Jacques Tétreault, André Villeneuve et Daniel Breton étaient de passage à l’Expo pour parler d’agriculture. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Animaux de ferme, tracteurs, manèges et… politiciens, ce sont les incontournables de l’Expo de Saint-Hyacinthe en année électorale. L’édition actuelle n’a pas fait exception et le Parti québécois (PQ) en a d’ailleurs profité pour y faire une apparition médiatique le 27 juillet.

Les candidats péquistes Daniel Breton (Saint-Hyacinthe), Jacques Tétreault (Johnson) et André Villeneuve (Berthier) ont évidemment misé sur les mesures agricoles mises de l’avant par leur parti en vue des prochaines élections provinciales. La nouveauté : un gouvernement péquiste mettrait en place un système de préautorisation des projets pour les producteurs de la relève auprès de la Financière agricole, a annoncé M. Villeneuve, qui est le porte-parole du PQ en matière d’agriculture et député de Berthier depuis 2008. Un agriculteur de la relève avec un projet en planification pourra ainsi se faire approuver un montant d’argent avant de « commencer à magasiner l’achat d’une terre agricole », a-t-il expliqué.

L’idée est de lever les embûches à l’acquisition d’une terre par la relève et de l’aider à faire face aux gros joueurs. « On sait que les terres agricoles au Québec sont très rares, et souvent, ce sont des fonds d’investissement privés qui mettent la main dessus parcequ’ils peuvent payer immédiatement, plutôt que la relève qui doit attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour voir son financement autorisé », a exposé le député de Berthier. Une fois un projet préautorisé (sans qu’une terre n’y soit nécessairement attachée), la Financière aura alors sept jours pour donner son approbation finale à une transaction, selon ce nouveau système.

« Au Parti québécois, on veut que les agriculteurs soient propriétaires », a affirmé André Villeneuve. « Ça veut dire que vous allez pouvoir être maîtres chez vous », a renchéri Daniel Breton en s’adressant aux agriculteurs, reprenant une formule qu’il affectionne particulièrement. « Mon grand-père a perdu sa ferme à cause de ce genre de contraintes, il faut arrêter ce cycle-là », a-t-il témoigné.

Pour Jacques Tétreault, l’étape cruciale « d’aller chercher le crédit » se trouve facilitée par ce nouveau système de préautorisation. Il faut effectivement réduire les « tracasseries administratives » parce que les agriculteurs préfèrent « travailler la terre que travailler la paperasse », a imagé M. Breton. « Il faut encourager la base de notre société, qui est de se nourrir, et faire tomber les obstacles pour les jeunes passionnés qui choisissent encore aujourd’hui de se lancer en agriculture », a ajouté Jacques Tétreault.

Le reste du programme

André Villeneuve a également réitéré d’autres engagements du PQ dans le même domaine, notamment de mettre fin au plafonnement du programme de crédit de taxes foncières agricoles, une revendication formelle de l’Union des producteurs agricoles du Québec. « Les sommes nécessaires seront mises dans le programme », a confirmé M. Villeneuve.

Le parti veut par ailleurs moderniser le Fonds d’investissement pour la relève agricole (FIRA) pour en faire un FIRA+, « plus accessible, plus généreux et plus audacieux ». André Villeneuve a souligné que des 75 M$ dont le fonds a été doté en 2011, à peine 16 M$ ont été octroyés jusqu’à maintenant. « Ce n’est pas normal que le Fonds n’ait décaissé que cette somme en sept ans », a-t-il commenté.

Il a aussi rappelé le projet péquiste « d’escouade de conformité », qui viserait à vérifier que les produits importés sont soumis aux mêmes normes et règles que les aliments produits ici. M. Breton a également indiqué qu’une autre annonce « importante » en matière d’agriculture sera dévoilée le 9 août, le jour de son investiture dans Saint-Hyacinthe.

image