18 juillet 2013
Le Rêve Bleu
Des bleuets en or à Saint-Damase
Par: Jennifer Blanchette
Réjean Gaucher et Sylvie Jodoin, propriétaires de la bleuetière Le Rêve Bleu, ont décroché deux médailles d'or pour l'Apéribleu et l'Apéribleu Réserve lors de la Coupe des Nations.

Réjean Gaucher et Sylvie Jodoin, propriétaires de la bleuetière Le Rêve Bleu, ont décroché deux médailles d'or pour l'Apéribleu et l'Apéribleu Réserve lors de la Coupe des Nations.

Lors de sa seconde participation à la Coupe des Nations, une compétition provinciale qui évalue les vins et autres boissons contenant de l’alcool, la bleuetière Le Rêve Bleu a mérité non pas une, mais bien deux médailles d’or pour ses produits Apéribleu et Apéribleu Réserve.

Étant le premier producteur à mettre en marché cinq produits constitués que de bleuets, il n’est pas surprenant que les quelque 70 juges se soient laissés charmer par l’unicité des boissons de l’entreprise.

« Nous savions que nos alcools étaient particuliers, mais de là à gagner l’or, c’était vraiment inattendu. Cette récompense nous incite à avancer et à développer davantage de produits, c’est certain », avouent d’emblée Réjean Gaucher et Sylvie Jodoin, copropriétaires du Rêve Bleu, dont les produits se sont distingués dans la catégorie « Boissons aux petits fruits ». Les deux alcools gagnants sont des vins apéritifs. L’Apéribleu Réserve, nouveau venu dans la famille, se distingue toutefois par son élevage en fût de chêne et s’approche davantage des portos.L’aventure de distillation du couple de Saint-Damase a débuté il y a trois ans, mais Réjean Gaucher caressait ce rêve depuis beaucoup plus longtemps. « Nous songions depuis un moment à exploiter les bleuets de différentes façons et même si nous étions inquiets au départ, nous sommes très satisfaits de la réponse de la clientèle », s’enthousiasme-t-il, en ajoutant que bien qu’il ait lui-même expérimenté les mélanges de cépages, les saveurs obtenues étaient surprenantes dès le premier essai. Malgré un chai modeste installé aux abords de la maison familiale, l’entreprise écoule entre 7 000 et 8 000 bouteilles par année, toutes sortes confondues, en utilisant 10 à 15 % de la récolte de bleuets.

Sur les tablettes

Depuis l’automne dernier, l’Apéribleu ainsi que Le Rêve Bleu sont disponibles sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Avec des ventes en continuelle croissance, ce sont maintenant 72 SAQ, y compris celle près des Galeries St-Hyacinthe, qui offrent les produits de l’ancestrale bleuetière. « Grâce aux distinctions que nous avons obtenues durant la Coupe [des Nations], je crois que les clients seront encore plus attirés par notre produit. Lorsqu’une boisson est récompensée, ça donne une bonne indication sur sa qualité », se réjouit Sylvie Jodoin. La promotion des produits du terroir ne faisant pas partie du mandat de la SAQ,ces deux médailles ne seront sans doute pas superflues pour accroître le positionnement de l’entreprise dans les succursales de la société d’État. « Élargir le mandat de la SAQ donnerait un bon coup de pouce face à certains gérants qui sont récalcitrants à inclure des produits comme le nôtre dans leur succursale. Il faut aussi avouer que parfois, les étalages sont vides ou bien les alcools du terroir ne sont pas mis en valeur », se désole Mme Jodoin. Avec 12 500 plants, Le Rêve Bleu est la plus grosse bleuetière en Montérégie et accueille les visiteurs depuis 27 ans. La saison d’autocueillette débute à la mi-juillet et se termine à la mi-août, selon la température.

image