11 mai 2017
Entre les lignes
Des caméras svp
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Les séances publiques du conseil municipal de la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine sont très courues. Tellement qu’elles doivent maintenant se tenir à l’Église évangélique baptiste pour pouvoir accueillir tous les fidèles. Il y a du monde à la messe. Mais trop au goût du conseil qui songe à mettre de l’ordre dans la cabane. Il y a belle lurette que les dérapages et le manque de décorum aux séances retiennent l’attention dans la région, mais il aura fallu un reportage d’Infoman pour que ce vaudeville irrite assez le conseil pour l’inciter à intervenir. Comment? En adoptant un règlement pour restreindre la période de questions et pour interdire la présence de caméras à l’intérieur de la salle. 

Pas seulement celles des journalistes, mais aussi celles des quidams dans la salle. Oui, il y avait des gens qui filmaient ce spectacle pour leur simple plaisir. C’est plus divertissant que bien des téléromans présentés au petit écran.

Si vous voulez mon avis, les élus de Sainte-Marie-Madeleine ont tout faux. 

Le problème n’est pas tant la caméra elle-même que ce qu’elle filme, c’est-à-dire le triste spectacle d’une séance publique chaotique qui va dans tous les sens et d’un maire incapable d’imposer son autorité face à un auditoire surexcité et souvent hostile. 

Cette grande foire d’empoigne mensuelle attire les curieux et forcément l’attention des journalistes, contrairement aux assemblées de conseil qui se tiennent partout ailleurs et trop souvent dans l’indifférence. En permettant la présence des caméras, voire même s’assurant que ces séances publiques soient filmées, il est permis de croire que ceux et celles qui se croient tout permis et qui ne savent pas se tenir en public (élus ou résidants) en viendraient à se ridiculiser assez pour changer de comportement ou se tenir à l’écart. 

C’est le bonheur que je nous souhaite d’ici les élections de novembre. Mais si je me fie à tout ce qui circule en coulisses (accusations, mise en demeure, etc.), le retour au calme et au civisme n’est pas pour demain à Sainte-Marie-Madeleine. 

image