31 mai 2012
Des idées pour le prochain maire
Par: Martin Bourassa

Non, l’idée derrière cet éditorial n’est pas de rapprocher le gouvernement ou les étudiants. J’aime les défis, mais pas les missions impossibles.

publicité

Non, l’idée derrière cet éditorial n’est pas de rapprocher le gouvernement ou les étudiants. J’aime les défis, mais pas les missions impossibles.

Je pense plutôt à dresser une liste d’organismes maskoutains qui auraient tout intérêt à opérer un rapprochement stratégique, tellement leurs missions sont similaires ou complémentaires. L’idée m’est venue mercredi dernier au sortir d’un 5 à 7 officialisant la naissance de l’Espace carrière, le nouveau service d’employabilité né de la fusion entre le Carrefour Jeunesse Emploi maskoutain et le Club de recherche d’emploi Saint-Hyacinthe. Une petite parenthèse s’impose ici.On ne peut que se réjouir de cette union qui allait de soi, tant le mandat des deux organismes était similaire, exception faite du groupe d’âge visé.La création d’Espace carrière est un aboutissement logique et nécessaire afin d’éviter une certaine confusion et de maximiser les services, au lieu de les dédoubler.Le scandale, c’est qu’on n’ait pas réalisé cela bien avant. Il aura en effet fallu huit ans, oui huit ans de pourparlers pour arriver à cette évidence. C’est une éternité. C’est ce que l’on peut appeler une intégration tout en douceur. Presque trop.Fin de la parenthèse. Partant de cela, ne serait-il pas grand temps de s’inspirer de cette réalisation pour pousser les rapprochements à des niveaux supérieurs?Il y a à mon sens un paquet de domaines où des rapprochements pourraient apporter certaines économies d’échelle ou générer des gains d’efficacité chez nous.Au niveau municipal, a-t-on encore réellement besoin de neuf services de loisirs de quartier? Le sujet est sensible, puisque l’on touche la base électorale de bien des conseillers, mais je pense que cette forme d’organisation mériterait d’être revue, tout comme le financement municipal de ces organismes que l’on dit autonomes.Au niveau économique, je préconise aussi la fusion entre le CLD Les Maskoutains et la Cité de la biotechnologie, deux organismes qui fonctionnent en silo, mais qui partagent sensiblement les mêmes ressources humaines et la même direction, mais qui ont deux conseils d’administration distincts. Le rapprochement des deux entités à vocation économique éliminerait une certaine confusion et rendrait la réédition de comptes beaucoup plus facile. La reddition de comptes de la Cité de la biotechnologie tient pour l’instant à peu de choses. Contrairement au rapport annuel du CLD, celui de la Cité n’est pas du domaine public, pas plus que ses états financiers. La Ville de Saint-Hyacinthe, qui subventionne la Cité à hauteur de 375 000 $ par année, n’a pas accès aux livres et ne s’en formalise pas. Même l’assemblée générale annuelle de la Cité est privée. Pourquoi tolérer cette culture du secret? Les conseillers de la Ville et les maires de la MRC, qui financent les activités du CLD, auraient grandement avantage à comparer et à additionner les chiffres des deux organismes pour avoir une meilleure idée de leurs investissements respectifs. Ce serait fort instructif, juré craché!

image