11 août 2011
Incendie au Groupe Ecco Boîtes Pliantes
Des pertes supérieures à 2 M$
Par: Le Courrier

L’usine du Groupe Ecco Boîtes Pliantes située dans le parc industriel Olivier-Chalifoux de Saint-Hyacinthe a été le théâtre d’un incendie majeur le 5 août en après-midi. Les pertes causées à l’inventaire par l’eau et la fumée s’élèvent à plus de 2 M$.

publicité

En raison de l’arrêt de production provoqué par les vacances estivales annuelles du personnel, la bâtisse située au 5115 avenue Beaudry était pratiquement fermée au moment du sinistre. Seuls deux employés réalisaient des travaux mineurs à l’intérieur quand les flammes ont pris naissance.

Selon le témoignage de l’un d’eux, l’incendie aurait débuté sur un convoyeur. Dans le temps de le dire, l’élément destructeur se serait propagé à la grande quantité de carton présente dans l’immeuble. L’alarme a été sonnée à 12 h 56.Dépêchés sur place, les pompiers du Service des incendies de la Ville de Saint-Hyacinthe ont vite compris qu’ils auraient fort à faire pour maîtriser l’incendie en raison de la température élevée et de la fumée dense à l’intérieur de l’usine.L’alarme générale a été donnée et les services incendies de six municipalités environnantes ont été appelés en renfort.La faible circulation d’air dans l’usine n’a pas facilité le travail des sapeurs. Ces derniers ont dû déployer des ventilateurs pour venir à bout de la fumée noire qui s’accumulait sans cesse à l’intérieur. Une fois le foyer de l’incendie éteint, les pompiers ont pratiqué des ouvertures sur le toit de l’usine afin de faciliter son aération.

Pénible retour de vacances

Tout au long de cette intervention, les pompiers ont pu compter sur le support des services de l’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie et des ambulanciers pour les épauler et éviter qu’ils ne subissent des coups de chaleur.

L’intervention s’est étirée jusqu’en début de soirée vers 20 h.« Tout à l’intérieur va être probablement perdu puisque leurs produits servent aux entreprises alimentaires. Avec la fumée, il n’y a pas grand-chose qui pourra être conservé », a affirmé Daniel Avard, propriétaire de l’immeuble.Le directeur du Groupe Ecco, Mario Dumont, est du même avis. « Au moins, on va pouvoir rouler sur nos boîtes terminées en stock, elles sont dans un entrepôt sur la rue Morison », a-t-il expliqué en précisant que l’usine de l’avenue Beaudry contient surtout la matière première. Les employés devaient revenir au travail le 8 août à la suite de leurs vacances. « On va regarder ce qu’on peut faire, peut-être les faire rentrer pour aider à nettoyer tout ça […] ça te brise des vacances en tout cas », a conclu M. Dumont.

image