5 novembre 2015
À Saint-Hyacinthe, Saint-Dominique et Sainte-Marie-Madeleine
Des radars photo feront leur apparition
Par: Maxime Prévost Durand
Des radars photo feront leur apparition

Des radars photo feront leur apparition

Des radars photo mobiles seront présents à Saint-Dominique et Sainte-Marie-Madeleine dès les prochaines semaines. Photo Courtoisie MTQ

Des radars photo mobiles seront présents à Saint-Dominique et Sainte-Marie-Madeleine dès les prochaines semaines. Photo Courtoisie MTQ

Un appareil de surveillance des feux rouges sera installé à l’intersection des boulevards Casavant Ouest et Laframboise à Saint-Hyacinthe en novembre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un appareil de surveillance des feux rouges sera installé à l’intersection des boulevards Casavant Ouest et Laframboise à Saint-Hyacinthe en novembre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les automobilistes de la région verront ­apparaître des radars photo à trois ­différents endroits dans la MRC des ­Maskoutains prochainement. Deux ­appareils mobiles pour mesurer la vitesse seront déployés à Saint-Dominique et Sainte-Marie-Madeleine, alors qu’un ­appareil de surveillance aux feux rouges sera installé à l’intersection des ­boulevards Laframboise et Casavant Ouest à Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Celui de Saint-Dominique sera posté sur la route 137, entre la route de Saint-Pie et le rang Deslandes (limite de Sainte-Cécile-­de-Milton), tandis qu’à Sainte-Marie-Madeleine, l’appareil sera positionné sur la route 116, entre le chemin Grand Rang et la rue Denis, près de Saint-Hyacinthe. Dans les deux cas, la limite de vitesse est de 90 km/h.

Puisqu’il s’agira d’appareils mobiles, on ne les trouvera pas en permanence à ces ­endroits. Ils pourront être aussi bien d’un côté de la route comme de l’autre et seront déployés par la Sûreté du Québec. Leur mise en opération est prévue cette semaine. Un panneau de signalisation sera positionné à 10 mètres de l’emplacement des radars lorsque ceux-ci seront présents.

L’appareil de surveillance aux feux rouges du coin Laframboise / Casavant Ouest à Saint-Hyacinthe sera quant à lui fixe et fonctionnel en tout temps. Il devrait être installé plus tard cet automne.

Un automobiliste qui traverse l’intersection sur un feu rouge sera capté et recevra une amende par la poste. La lumière jaune n’est pas une infraction en soi, mais un conducteur qui fait face à une lumière rouge, même si elle était jaune lorsqu’il s’est ­engagé, sera sanctionné.

Chaque photo prise par le radar est ensuite soumise comme preuve à un agent de la paix, qui analysera les données avant qu’un constat d’infraction ne soit envoyé.

Un automobiliste pris en défaut recevra une amende du même montant que si un policier l’avait arrêté pour la même infraction, mais sans les points d’inaptitude. Au MTQ, on explique cette procédure par le fait que la contravention est envoyée au propriétaire du véhicule et que celui-ci n’est pas ­nécessairement le conducteur au moment de l’infraction.

Ces nouveaux radars font partie d’une ­annonce du ministère des Transports du Québec, qui prévoit l’arrivée d’appareils à 129 nouveaux emplacements un peu ­partout dans la province pour s’ajouter aux 23 emplacements actuels.

Les nouveaux emplacements ont été ­choisis « en fonction de critères liés à la ­sécurité routière et à la difficulté d’effectuer à ces endroits un contrôle policier ­traditionnel », était-il mentionné dans un communiqué de presse émis par le MTQ.

Une réception mitigée

Les maires de chacune des municipalités concernées n’ont pas tous le même accueil envers ces radars photo.

À Saint-Dominique, on juge que l’emplacement choisi par le MTQ permettra de rendre la route 137 plus sécuritaire. « C’est un ­endroit où on avait souvent des plaintes. Les gens trouvaient que ça roulait vite, surtout à l’approche d’une zone scolaire. Ça va aider à diminuer la vitesse », a commenté le maire Robert Houle, favorable à l’arrivée de l’appareil mobile.

Du côté de Sainte-Marie-Madeleine, où un radar photo mobile sera aussi installé, la ­réception est plus tiède. « Je ne suis pas pour ça, a lancé Simon Lacombe, maire de la ­paroisse. Ça ne roule pas tant que ça sur la 116. Personne ne s’est plaint à nous et le conseil municipal n’a pas été consulté. ­Peut-être qu’ils (le MTQ) ont des arguments que je ne connais pas. »

L’arrivée d’un appareil de surveillance aux feux rouges au coin Laframboise / Casavant Ouest est quant à elle saluée par la Ville de Saint-Hyacinthe. « Cette intersection est considérée comme la plus accidentogène du territoire maskoutain selon les données de la Sûreté du Québec. Dans ce contexte, je crois qu’il s’agit d’un outil qui permettra d’accroître la sécurité à cette intersection », a indiqué au COURRIER le directeur général, Louis Bilodeau. Entre janvier 2008 et ­décembre 2012, 73 accidents sont survenus à cette intersection.

La Ville avait d’ailleurs manifesté son ­intérêt au MTQ lors de l’implantation des premiers appareils du projet-pilote, mais sa proposition n’avait pas été retenue à ce moment.

image