22 décembre 2016
Saint-Hyacinthe en 2017
Des revenus et dépenses de 96,5 M$
Par: Benoît Lapierre

Anticipant une augmentation des revenus de l’ordre de 5,7 M$, la Ville de Saint-Hyacinthe fonctionnera en 2017 avec un budget de 96,5 M$, en hausse de 6,28 % par rapport aux prévisions budgétaires de 90,8 M$ de l’année 2016.

Le projet de biométhanisation des matières organiques vient en tête de liste des facteurs que le maire Claude Corbeil a énumérés lundi soir pour expliquer ce bond appréciable des revenus et dépenses. « Le budget 2017 en sera un de transition, car il ouvrira la porte à de nouvelles sources de revenus », a-t-il affirmé en présentant les faits saillants des prévisions budgétaires avant leur adoption par le conseil municipal, en séance extraordinaire.

Ainsi, la Ville prévoit réaliser pas moins de 2 645 960 $ en recettes supplémentaires avec sa filière « biométhanisation », soit 1 945 960 $ pour le traitement des intrants organiques que lui confieront ses clients actuels et futurs, de même que 700 000 $ grâce à la vente de biogaz à Gaz Métro, son partenaire dans le projet. En revanche, les dépenses de fonctionnement liées à la biométhanisation explosent, passant de 466 170 $ à 1 225 752 $ (+759 582 $), ce qui laisse un gain net de 1 420 208 $, toujours selon les prévisions.

La Ville peut aussi compter sur des revenus additionnels générés par une augmentation de 84,2 M$ due aux valeurs qui se sont ajoutées au rôle triennal d’évaluation 2016-2017-2018, et sur des baisses de dépenses significatives. Ainsi, les frais découlant des services rendus par la Sûreté du Québec chuteront de 224 554 $ en 2017, atteignant 9 156 013 $; cette réduction s’ajoute à celle de 232 500 $ de l’année 2016, laquelle avait suivi la fin des mesures de redressement imposées aux villes de 50 000 habitants et plus (facture SQ 2015 : 9 613 067 $).

Les nouvelles règles de partage des coûts du régime de retraite des employés municipaux vont aussi atténuer la pression sur le budget municipal, a signalé le maire Corbeil. Dorénavant, ces frais seront répartis également entre l’employeur et les employés (50 % – 50 %), alorsqu’avant, c’est la Ville qui épongeait les déficits à 100 %. Le règlement de remplacement de l’ancien mode de gestion du régime a d’ailleurs été adopté lundi soir, durant la séance ordinaire qui a précédé l’adoption du budget.

« On conçoit que 2017 nous amènera ailleurs. Mais la stabilité des taux d’intérêt n’est pas assurée, et la nouvelle administration américaine pourrait aussi causer des variables économiques », a nuancé M. Corbeil, ajoutant un bémol à la clé des « bonnes nouvelles ».

Dépenses 

Si les revenus sont en hausse, les dépenses le sont également et de ce côté, on note qu’en 2017, la Ville consacrera 75,16 M$ à ses dépenses de fonctionnement, comparativement à 72,33 M$ en 2016, soit une augmentation de 2 825 794 $ (3,9 %). De même, la masse salariale passera de 17 275 055 $ à 18 121 996 $, en hausse de 4,9 %, tout comme en 2016. En marge des modifications apportées au régime de retraite, les contributions de l’employeur aux avantages sociaux augmenteront de 5,5 % en 2017, comparativement à 13,4 % en 2016, passant de 4,75 M$ à 5 M$. Le montant alloué aux heures supplémentaires grimpe de 405 961 $ à 457 955 $, en hausse de 12,8 %, cela après une augmentation de 21 % en 2016. « C’est collé aux résultats des dernières années », a précisé le maire Corbeil.

En 2017, la Ville entend consacrer pas moins de 10 969 018 $ à des dépenses en immobilisations à même son fonds d’administration, soit 2 116 250 $ de plus qu’en 2016 (+23,9 %). M. Corbeil a expliqué que la Ville, par cette augmentation, veut s’assurer que le projet du centre des congrès bénéficiera d’un financement adéquat.

Le centre-ville obtient aussi sa part dans le budget 2017, puisque le conseil réserve une première tranche de 300 000 $ au financement d’un nouveau programme de restauration des façades, échelonné sur cinq ans. Jusqu’ici, sa contribution annuelle à cette fin n’excédait pas 150 000 $. 

Autres contributions

En ce qui a trait au financement des organismes partenaires, on note que la quotepart de la Ville à la MRC des Maskoutains diminuera légèrement en 2017, passant de 1 098 5128 $ à 1 055 733 $ (- 3,89 %). À l’inverse, le montant alloué à Saint-Hyacinthe Technopole augmentera de 192 000 $, grimpant de 1 033 000 $ à 1 225 000 $ (+18,6 %).

Des subventions majorées de 2 % sont accordées à la SDC du centre-ville, qui touchera 76 500 $ de la Ville en 2017 (+1580 $), de même qu’à Forum 2020, qui obtient 134 990 $ (+2646 $). Le soutien aux loisirs de quartiers augmentera dans la même proportion, passant de 1 219 610 $ à 1 245 163 $ (+25 553 $).

Enfin, la subvention à la Médiathèque maskoutaine est bonifiée de 3 %, passant de 1 255 032 $ à 1 293 088 $ (+38 056 $), tandis que le soutien financier aux Beaux mardis de Casimir demeurera de 115 400 $. 

image