20 novembre 2014
Deux Frères Maristes accusés d’attentat à la pudeur
Par: Jennifer Blanchette

Les Frères Maristes Réjean Trudel et Daniel Cournoyer ont été arrêtés mercredi matin pour des infractions d’ordre sexuel. Les deux hommes sont également visés par un recours collectif déposé en septembre contre la congrégation religieuse.

Publicité
Activer le son

Six chefs d’accusations pour attentat à la pudeur et agression sexuelle ont été déposés contre le Frère Trudel, 70 ans, arrêté à Rawdon, tandis que le Frère Cournoyer, âgé de 68 ans et arrêté à Château-Richer, fait face à deux chefs d’accusation pour attentat à la pudeur.

Les deux hommes devaient comparaître au palais de justice de Saint-Hyacinthe ce matin. Ce sont les enquêteurs des Services d’enquêtes régionales de la Sûreté du Québec (SQ) qui ont procédé aux arrestations.

Réjean Trudel et Daniel Cournoyer auraient agressé au moins cinq victimes que nous ne pouvons identifier puisqu’elles étaient mineures au moment des faits.

Les sévices sexuels auraient été commis à la fin des années 1970 et au début des années 1980 dans un établissement d’hébergement situé à Saint-Hyacinthe, le Patro Lokal.

L’endroit autrefois situé sur la rue Pratte et dirigé par les Frères Maristes accueillait, sur une base volontaire, de jeunes garçons âgés de 12 à 17 ans issus de milieux défavorisés, indique le recours collectif.

L’avocate des requérants, Me Marie-Josée Corriveau, affirme que ces deux arrestations représentent « un grand jour » pour la douzaine de victimes présumées des Frères Maristes s’étant manifestée jusqu’à maintenant.

« Malgré la présomption d’innocence, les plaignants ont l’impression qu’une certaine justice est rendue. Cela veut dire qu’ils ont été crus, tant par la police que par la couronne », décrit-elle.

Au moment de mettre sous presse, les responsables de la congrégation des Frères Maristes n’avaient pas rappelé LE COURRIER.

Selon la SQ, l’enquête, enclenchée il y a quelques mois, se poursuit. Toute personne qui détient de l’information sur les deux hommes et sur leurs agissements est invitée à communiquer avec la Centrale de l’information criminelle au 1 800 658-4264.

image