30 novembre 2017
entre les lignes
En résumé…
Par: Le Courrier

Permettez-moi d’insister et d’y aller en terminant d’anecdotes un peu plus personnelles à propos d’André H. Gagnon. Sachez que notre dernière rencontre impromptue remonte à il y a un mois environ. Ça se passait aux Galeries St-Hyacinthe un dimanche après-midi.

Publicité
Activer le son

Je l’avais croisé alors qu’il poussait lentement, mais sûrement, le fauteuil roulant de sa Lulu. Il s’en allait chez Naturalizer lui acheter des chaussures.
Pour dire la vérité, il n’affichait pas sa forme des beaux jours et cela m’avait inquiété. Lui aussi semblait l’être, mais rapidement la conversation avait dévié sur la campagne électorale qu’il n’avait pas eu le temps de suivre à son goût. Il jonglait cependant avec l’idée de m’écrire une lettre ouverte pour ma page Forum. Il se disait encouragé par le développement économique de sa ville et tous les projets sur le point d’éclore à commencer par le centre de congrès et le tunnel Casavant. J’ai attendu sa lettre en vain.
Je me souviens aussi de ma première grande entrevue avec M. Gagnon en 2012. C’était pour préparer une vidéo qui serait présentée dans le cadre des Méchants mardis de gars au profit de la société canadienne du cancer. Il devait me raconter brièvement son histoire et c’est avec deux gros cartables de notes, son dossier médical, qu’il s’est présenté à la rencontre. « Tu ne peux pas me demander de résumer 12 ans de ma vie en 10 minutes » s’était-il inquiété dès le départ. Notre entretien avait duré 2 heures et 15 minutes. Mais je n’en ai conservé que 12 petites minutes. Une minute par année de combat. Heureusement, il n’a rien trouvé à redire du produit final. J’avais mérité dès lors sa confiance éternelle.
Cet exercice m’a bien servi, car aujourd’hui, j’ai dû résumer 79 ans d’une vie foisonnante à l’intérieur de trois petites pages de journal.
Et comment oubliersa célèbre réponse à un questionnaire pour le cahier des 200 plus grandes entreprises de la MRC en 2015. Invité à formuler un conseil à l’intention du maire Claude Corbeil, le sage André H. Gagnon avait répondu tout de go : « Aller souper plus souvent avec le rédacteur en chef du Courrier de Saint-Hyacinthe (rires)! » Un humour rempli de sagesse comme toujours!

image